Dr Marcel Boisvert et Objection de conscience --- 21-6-2016

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/473887/il-n-y-a-pas-d-objection-de-conscience-qui-vaille-face-a-l-autre-qui-souffre
Il n’y a pas d’objection de conscience qui vaille face à l’autre qui souffre  Le Devoir
 À LIRE+++

Notre commentaire fut : Une autorité de service
«Il n’y a pas d’objection de conscience qui vaille face à l’autre qui souffre» et qui veut, librement, éclairé et libre, terminer Sa vie.

Merci +++ Dr Boisvert. Vos écrits et vos opinions nous sont si précieuses, ancrées dans tant d'années en soins de fin de vie.

À la fin et en fin de vie, faire passer le soigné avant le soignant, c'est facile à comprendre, c'est facile à vivre professionnellement si la liberté du patient passe avant le professionnel et ses valeurs.

Bref, vive l'autorité de service et non l'autorité de domination.

Dr Boisvert, j'aime beaucoup la terminologie AMAM. En plus de trente ans, je n'ai jamais rencontré une personne en fin de vie dire à son médecin «Euthanasiez-moi», «Aidez moi à me suicider» «Tuez-moi». Jamais. MAIS «Docteur, aidez moi à mourir» «Aidez moi à en finir avec mon agonie».  AMAM, c'est l'expression de la population.



Par Yvon Bureau le 2016-06-23 à 16:07:25

AMAM est légale au Canada ---17-6-2016

http://www.ledevoir.com/non-classe/473732/aide-medicale-a-mourir-le-projet-de-loi-enfin-adopte-au-senat
«Aide médicale à mourir : le projet de loi enfin adopté au Sénat
Les sénateurs se sont finalement pliés à la volonté de la Chambre des communes élue, vendredi, adoptant un projet de loi restrictif sur l’aide médicale à mourir qu’ils ont abondamment critiqué. Le Sénat a donné des sueurs froides au gouvernement jusqu’à la dernière minute, mais il a finalement approuvé la mesure législative par 44 voix contre 28, en milieu d’après-midi. …»   Ainsi cette Loi a reçu la sanction royale en soirée.

Mon commentaire fut : Dignité et liberté en deuil
C'est une journée triste pour les finissants de la vie, leurs proches, leurs soignants et leurs établissements de soins de fin de vie. Très majoritairement.

Svp, pour des raisons humanitaires, Cour suprême du Canada, réagissez maintenant. Cette loi est-elle respectueuse de votre Jugement UNANIME du 6-2-2015?  Répondez.

Gouvernement Trudeau, prenez l'été pour réfléchir sur la dignité, la liberté, la compassion, la solidarité, le respect des Personnes vivantes éclairées et libres avant la Vie.

_____________________________

Une remarque générale : Quelle aventure que tout ce PL C-14 !
Il se termine comme il a débuté, de façon partielle, partiale, imparfaite, biaisée, imposée.
Maintenant. Nous «ferons avec», en attendant que la CSC affirme que cette Loi C-14 est constitutionnellement inacceptable, insuffisante.


Nous rêvons+++, comme bien d’autres, que la CSC donne son avis sur la Constitutionnalité de la Loi C-14. Nous choisissons, en attendant, de faire comme si cet avis ne viendra pas de ce si tôt et encore de travailler fort et intensément pour que cette Loi C-14 devienne constitutionnellement acceptable. Pour un mourir plus libre, plus digne, plus serein, plus sécuritaire, plus humain.



Par Yvon Bureau le 2016-06-23 à 00:36:11

Retrait de Mort naturelle raisonnablement prévisible --- 8-6-2016 Enfin !

Le Sénat force la main des élus / La Chambre haute adopte un amendement pour élargir les critères d’admissibilité du projet de loi C-14
http://www.ledevoir.com/politique/canada/472986/aide-a-mourir-le-senat-force-la-main-des-elus
«Les sénateurs ont voté à 41 voix contre 30 pour l’amendement que pilotait le sénateur libéral indépendant Serge Joyal. Cet amendement retire notamment de C-14 la portion stipulant que la « mort naturelle » d’un patient doit être devenue « raisonnablement prévisible » pour que ce patient se qualifie à l’aide médicale à mourir. Ce passage du projet de loi est devenu le paratonnerre de toutes les critiques formulées à l’endroit de C-14.» …
 
Notre commentaire :
C'est un premier grand et sage pas
vers la constitutionnalité du PL C-14. Gratitude+++ au Sénat et à ses membres.

Voir et sentir le Sénat debout et engagé pour le respect du Jugement Carter, pour le respect de chaque personne en fin et à la fin de sa vie, pour la reconnaissance de tous les souffrants, pour la demande de retrait de tout concept porteur d'insécurité et d'insérénité, c'est rassurant, c'est encourageant, c'est «espoirant». Tant pour ces personnes au seuil de leur fin de vie que pour leurs soignants et leurs accompagnateurs.

Madame Bellemare, soyez rassurée, notre Loi québécoise sur les soins de fin de vie, qui a eu 2 ans le 5 juin, va et ira très bien.

Les ministres fédérales de la Santé et de la Justice se doivent de prendre une saine distance de leurs penseurs de concepts biaisés, douteux, habités par un argumentaire anémique. Cette anémie fait perdre confiance en ses supporteurs.

Chères ministres, aidez-nous à reprendre confiance en vous. Sans cela, le PM Trudeau devra songer à vous donner une saine distance de ce projet de loi sur l'aide médicale à mourir.

Le PL C-14 retrouvera un équilibre beaucoup plus solide. Bien plus, mesdames les ministres, la protection des personnes les plus vulnérables s'agrandit, se solidifie.

Entre temps, mesdames, prenez un bon et long thé ! Les Provinces et les Territoires, prennent et prendront bien soin des soins de fin de vie. Ils seront à la Hauteur de leurs responsabilités.

Maintenant, Sénat, il faut faire retirer l’article sur le suicide médicalement assisté. Une horreur. Les codes de déontologie des Ordres professionnels concernés à travers tout le pays seconderont abondamment toutes les oppositions. Au fait, qui et pourquoi cet article est là dans ce PL C-14? Répondez à cette question, mesdames les ministres de la Santé et de la Justice. Cela est douteux et ça dégage une odeur de fleurs de salons funéraires, désagréable, quoi !



Par Yvon Bureau le 2016-06-09 à 15:49:05

Sénatrice Chantal Petitclerc / Le Soleil /Y Bureau ---7-6-2016

Vive le Sénat libre et engagé
Merci, Madame la sénatrice Chantal Petitclerc
Merci d'avoir partagé votre expérience au Sénat, dans le projet de loi C-14 sur l'aide médicale à mourir, et de vous battre pour que personne ne soit exclu du droit à l'aide médicale pour terminer sa vie, si nécessaire et si librement choisi. «Ce que j'ai compris, c'est que cela excluait quand même un groupe de citoyens très vulnérables et ça, pour moi, ça ne passait pas.»

Reconnaissance et admiration à toi, Chantal sénatrice Petitclerc.

Merci de «sénater» plus debout que tellement d'autres, en hauteur, en solidarité, en dignité et en noblesse. J'ai œuvré 30 années comme travailleur social dans un centre de réadaptation physique, à Québec. Aussi, je fais la promotion des droits, des responsabilités et des libertés de la personne en fin et à la fin de SA vie. Depuis 1985. Je sens et je sais de quoi vous parlez.

L'article 7 de la Charte est majeur : «Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale.»

Enfin, la CSC a reconnu que le droit à la vie ne donne plus l'obligation de vivre à tout prix. Merci à la Cour suprême du Canada.

Le Sénat doit faire retirer les articles sur «la mort naturelle raisonnablement prévisible» et sur le suicide médicalement assisté (une horreur et une irresponsabilité clinique et sociale). Il doit exiger de remplacer la période de 10 ou 15 jours fermes de réflexion par : temps de réflexion approprié.

Chantal, merci de faire vivre au Sénat un temps de réflexion, un beau et un bon moment de vie parlementaire, un moment historique, qui sait?

Vive le Sénat libre! Vive le Sénat engagé pour le respect de nos droits fondamentaux et pour le respect de la Cour suprême.

Merci au nom des 250 000 personnes canadiennes qui termineront leur vie cette année, pour leurs proches et pour leurs soignants. Davantage de celles-ci finiront leur vie avec plus de dignité, plus de sécurité, plus de sérénité.
Yvon Bureau
http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201606/06/01-4989136-vive-le-senat-libre-et-engage.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_points-de-vue_2009901_section_POS1



Par Yvon Bureau le 2016-06-09 à 15:19:49

Témoignage du Dr Naud à Déjà dimanche, de RC, le 5 juin 2016

Voici le lien pour l'entrevue du Dr Naud à Déjà dimanche de RC, hier :

http://ici.radio-canada.ca/tele/deja-dimanche/2016/segments/entrevue/7300/alain-naud-soins-palliatifs-aide-mourir

Admiration et GRATITUDE, Dr Alain Naud.



Par Yvon Bureau le 2016-06-06 à 18:54:46

2e anniversaire de notre Loi sur les soins de fin de vie --- 5-6-2016

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201406/05/01-4773255-la-loi-sur-laide-medicale-a-mourir-est-adoptee.php    Simon Boivin   Le Soleil

(Québec) Après plus de quatre ans de travail, le Québec est devenu jeudi le premier endroit au pays à autoriser l'aide médicale à mourir. Dans un vote empreint d'émotions, auquel se sont opposés 22 députés libéraux, la Loi sur les soins de fin de vie a été adoptée à l'Assemblée nationale.

Chaque député a pu se lever en son âme et conscience puisque aucune «ligne de parti» n'a été imposée pour ce vote historique. Péquistes, caquistes et solidaires ont été unanimement en faveur. Au final, 94 députés ont voté pour et 22 contre. Il n'y a eu aucune abstention. …»
 
Comme cadeau, en ce 2e : le témoignage du Dr Alain Naud à l’émission de RC Déjà dimanche. À VOIR+++
 



Par Yvon Bureau le 2016-06-06 à 18:50:01

Ce fut toute une semaine à Ottawa! --- 5-6-2016

Le Projet de loi sur l’aide médicale à mourir, PL C-14, a été voté aux Communes, mardi soir le 31 mai.

Mercredi, le 1e juin, le Sénat a reçu les ministres de la Santé et de la Justice. Elles ont dû répondre à des questions fortes et intenses. Les personnes de ce Sénat ont besoin de davantage savoir et de comprendre. Des droits fondamentaux majeures sont en jeu.

Sénatrices et sénateurs veulent remplir pleinement leurs rôles. Librement. Un Sénat libre et indépendant, le PM en a tellement parlé avant de se faire élire PM. Le Sénat reprendra se travaux mardi prochain. 

Les libéraux ont officiellement perdu leur pari :  http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201606/03/01-4988160-aide-medicale-a-mourir-ottawa-ratera-la-date-limite-de-lundi.php   

Mardi, le 7 juin, à 00H01, il y aura un vide légale, MAIS, il y aura un plein juridique, le jugement de la CSC étant pleinement appliquée.
Il n’y aura pas de Big bang!

Selon un avis de l’Association canadienne des soins palliatifs, fin avril, les médecins des provinces et d'un Territoire, sont prêts.



Par Yvon Bureau le 2016-06-06 à 18:47:31

Sénatrice Chantal Petitclerc : Merci+++ --3-6-2016

Quel beau et bon témoignage : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2016/06/03/006-aide-medicale-mourir-projet-loi-c14-chantal-petitclerc-senat-amendement-temoignage-cour-supreme-delais.shtml

Je l'ai remerciée en lui envoyant une Lettre ouverte :

Vive le Sénat libre, et engagé !
 
Merci Sénatrice Chantal Petitclerc.
 
Au Sénat, dans le PL C-14 sur l’aide médicale à mourir, merci d’avoir partagé votre expérience personnelle et de vous battre pour que personne ne soit exclus du droit à l’aide médicale pour terminer SA vie, si nécessaire et si librement choisi. «Ce que j’ai compris, c’est que cela excluait quand même un groupe de citoyens très vulnérables et ça, pour moi, ça ne passait pas.»
 
Reconnaissance et admiration à toi, Chantal, Sénatrice Petitclerc. Merci de «sénater» plus debout que tellement d'autres, en hauteur, en solidarité, en dignité et en noblesse.
 
J'ai œuvré 30 années comme travailleur social dans un centre de réadaptation physique, à Québec.  Aussi, je fais la promotion des droits, des responsabilités et des libertés de la personne en fin et à la fin de SA vie. Depuis 1985. Je sens et je sais de quoi tu parles.
 
L'article 7 de la Charte est majeur : «Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale. »
 
Enfin, la CSC a reconnu que le droit à la vie ne donne plus l’obligation de vivre à tout prix. Merci à la Cour suprême du Canada.
 
Le Sénat doit faire retirer les articles sur «la mort naturelle raisonnablement prévisible» et sur le suicide médicalement assisté (une horreur et une irresponsabilité clinique et sociale).
 
Le Sénat doit exiger de remplacer la Période de 10 ou 15 jours fermes de réflexion par Temps de réflexion approprié.
 
Chantal, merci de faire vivre au Sénat un temps de réflexion, un beau et un bon moment de vie parlementaire, un moment historique, qui sait!
 
Vive le Sénat libre ! Vive le Sénat engagé pour le respect de nos droits fondamentaux et pour le respect de la Cour suprême.
 
Merci au nom des 250 000 personnes canadiennes qui termineront leur vie cette année, pour leurs proches et pour leurs soignants. Davantage de celles-ci finiront leur vie avec plus de dignité, plus de sécurité, plus de sérénité.
 
AVEC et PROCHE,  Yvon
 



Par Yvon Bureau le 2016-06-06 à 02:54:34

«Mourons vivants!» 30-5-2016

http://www.ledevoir.com/societe/sante/472087/mourons-vivants
 
POINT CHAUD
«Mourons vivants!»
Le prêtre belge Gabriel Ringlet plaide pour la lucidité et pour l’accompagnement jusqu’au bout dans les soins de fin de vie
30 mai 2016 |Isabelle Paré | Santé

Voilà un excellent texte qui viendra donner aux gens de réseau des SP de l’ouverture, de l’inclusivité et de l’accompagnement respectueux de tout et chacun.
 
Mon commentaire fut : Vous êtes notre printemps,
ce matin, en ce début d'une semaine forte en intensité aux Communes et au Sénat.

Vous serez de l'air frais pour toutes les personnes qui oeuvrent en SP au Québec, et qui sont favorables à l'aide médicale active à mourir, si nécessaire et si librement choisie. Selon moi, ils sont majoritairement favorables. Leurs dirigeants et leurs grands penseurs sont contre, et font peur et brime souvent la libre expression d'opinion.

MERCI monsieur Ringlet. Vous êtes inspirant et aspirant, vers le Haut, vers la dignité, vers l'humanité.

Dans ce dossier, un PM a donné un coup de coude, vous, un coup de main, précieux, et au bon moment.



Par Yvon Bureau le 2016-05-31 à 10:16:03

Un EXCELLENT article du Dr Naud ---28-5-2016

AIDE MEDICALE A MOURIR
Respectons le choix, quel qu’il soit, de fin de vie d’un malade souffrant
28 mai 2016 | Alain Naud - Médecin de famille et en soins palliatifs depuis 30 ans au CHU de Québec - Université Laval | Santé
  
http://www.ledevoir.com/societe/sante/471985/aide-medicale-a-mourir-respectons-le-choix-quel-qu-il-soit-de-fin-de-vie-d-un-malade-souffrant
 
À lire et à RElire. Inspirant. Aspirant vers le Haut, vers la compassion, vers le respect de la personne en fin de vie jusqu’à SA fin.
 
Admiration et GRATITUDE à vous, Dr Naud. Vous faites honneur à votre profession et à notre humanité. Votre article fait le tour du monde !
 



Par Yvon Bureau le 2016-05-31 à 00:09:10

Le Devoir : tout un dossier sur AMAM --- 28-5-2016

http://www.ledevoir.com/motcle/dossier-rendez-vous-avec-la-fin-de-vie
Liste des 7 articles liés à « Dossier Rendez-vous avec la fin de vie »
- Les besoins sont encore criants sur le terrain
- Les centres en pleine remise en question
- L'aide à mourir expliquée
- Exercer une vigie
- Les premiers écueils de l’aide médicale à mourir
- La mort programmée
- Obstacles en vue pour les malades

Fort intéressant et éclairant. Bien sûr que nous avons commenté !!
Ces articles arrivent à point à la veille d’une semaine majeure et intense au Parlement d’Ottawa et au Sénat.
 
Merci au Le Devoir et spécialement à Isabelle Paré et à Amélie Daoust-Boisvert.
 



Par Yvon Bureau le 2016-05-29 à 23:52:58

Le congrès libéral obscurci par l’aide à mourir --- 27-5-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/471955/le-congres-liberal-obscurci-par-l-aide-a-mourir    27 mai 2016 |La Presse canadienne
«Suivant la rencontre des femmes du Parti libéral, Wendy Robbins a indiqué que sa résolution, qui proposait une approche plus permissive de l’aide médicale à mourir, n’avait pas obtenu une majorité d’appuis.
Les libéraux, qui sont réunis à Winnipeg, se sont empressés d’agir pour éviter que le projet de loi restrictif sur l’aide médicale à mourir ne détourne l’attention de leur premier congrès depuis leur victoire l’automne dernier. …»

Mon commentaire fut : Vous avez raison+++, Madame Robbins
C'était une urgence, madame Robbins. Que vous aviez et avez raison+++ !

Le Gouvernement Trudeau sera IRRESPONSABLE s'il continue à présenter et aux Communes et au Sénat un PL C-14 pas constitutionnellement acceptable, bref un Carter-Moins.

Avec Carter-Moins, ce sera le pire des bourbiers juridiques, ce sera la source de bien des calvaires pour trop mourants, leurs proches et leurs soignants, ce sera porteur d'insécurité et d'insérénité, ce sera porteur de la diminution de paix clinique et sociale.

Essayez à nouveau, madame Robbins; c'est vous qui avez raison. La semaine prochaine viendra très vite à Ottawa.

Sans cela, le Sénat devra modifier ce PL C-14, car il ne sera pas un Carter-Carter. Ce sera un Carter-Moins, un Carter de sous-sol, Carter étant un «niveau plancher». Irresponsables furent les ministres de la Santé et de la Justice, fort probablement opposées à l'AMAM, de présenter et de maintenir un Carter-Moins. IRREPONSABLES elles sont.

Osez encore madame Robins.

Quant au Carter-Plus, les ministères de la Santé des Provinces et des Territoires, se donneront ensemble les balises communes nécessaires et appropriées.

Mesdames les ministres fédérales de la Justice et de la Santé, PM Trudeau, que la compassion et que la solidarité avec les 250 000 personnes canadiennes qui décèdent annuellement, leurs proches et leurs soignants et leurs établissements de soins vous comblent en abondance durant toute la fin de semaine. Lundi prochain, vous serez debout, à la Hauteur de vos responsabilités dignes et nobles.


Et un autre commentaire fut :
… Je me demande d'où viennent l'idée et la volonté de placer et de garder dans PL C-14 l'article se rapportant au suicide médicalement assisté? L'opposition est quasi totale. Quelqu'un sait?  Me le faire savoir svp.



Par Yvon Bureau le 2016-05-28 à 15:08:31

AMAM dans les Directives médicales anticipées --- 24-5-2016

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2016/05/24/002-aide-medicale-mourir-consentement-prealable.shtml
 Aide médicale à mourir : doit-on permettre d'y consentir à l'avance?
Lisez cet article des plus intéressants de Madeleine Blais-Morin de Radio-Canada, et regardez.
 Mon commentaire ajouté sous cet article :
 Merci aux personnes interviewées.
D'abord.
Faut modifier PL C-14 par :
 - Retirer le critère «mort naturelle raisonnablement prévisible »
- Retirer l'article se rapportant au suicide médicalement assisté, totalement
- Remplacer «10-15 jours de réflexion fermes» par «un temps approprié de réflexion». (Faisons confiance +++ à nos soignants et à nos établissements de soins et de services sociaux)
 Ensuite.
Si non modifié minimalement ainsi, il faut le retirer, créer un Comité apolitique pour aller chercher un consensus sur un PL constitutionnellement acceptable, et le représenter pour un vote. Entre temps, il y aura le plein juridique, le jugement de la CSC étant en vigueur. Entre temps surtout, les ministres de la Santé des provinces et des Territoires doivent se rencontrer et établir ensemble le comment de l'AMAM dans les directives médicales anticipées de fin de vie. Je suis totalement en faveur. Cela fait partie de mon droit à l'autodétermination. Si je faisais une telle demande, je la résignerais à chaque année.
 



Par Yvon Bureau le 2016-05-25 à 18:27:13

Le Registre des DMA en vigueur le 15 juin

http://www.ledevoir.com/societe/sante/471300/le-registre-des-directives-medicales-anticipees-arrive
Le registre des directives médicales anticipées arrive
19 mai 2016 |Le Devoir | Santé
Le registre des directives médicales anticipées entrera en vigueur le 15 juin prochain, confirme un règlement publié mercredi dans la Gazette officielle du Québec. Un citoyen majeur peut signifier à l’avance les soins qu’il accepte ou refuse de recevoir dans le cas où il deviendrait inapte, comme la réanimation cardio-respiratoire ou l’alimentation et l’hydratation artificielles. Ces volontés seront désormais accessibles rapidement pour les médecins et les infirmières appelés à les faire respecter. La Loi sur les soins de fin de vie obligeait Québec à mettre en place ce registre. Les citoyens pourront verser leurs directives médicales anticipées au registre au moyen d’un formulaire, ou faire appel à un notaire. Les directives pourront être révoquées ou modifiées en tout temps. Une campagne de communications doit publiciser leur usage, indique le cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.
__________________________
Mon commentaire dans Le Devoir : Des nouvelles de la Commission?
Nous avons hâte d'avoir des nouvelles de la Commission permanente sur les soins de fin de vie.
Ses membres sont :Mme Mireille Lavoie est nommée membre et désignée présidente de la Commission sur les soins de fin de vie. Mme Josée Courchesne est nommée membre et désignée vice-présidente de cette commission.
Mmes Maryse Carignan, Marielle Philibert, Bilkis Vissandjée ainsi que MM. Pierre Deschamps, Richard Deschamps, Patrick Durivage, Jean Lambert, David Lussier et Robert Thiffault sont nommés membres de cette même commission.

Avec tout ce qui se passe aux Communes (PL C-14), et tout dernièrement en Alberta (Jugement unanime de la Cour d'Appel) !

Avons hâte+++ de vos nouvelles, CPSFV !



Par Yvon Bureau le 2016-05-21 à 14:08:19

PL C-14 : Modifier+++ ou le retirer --- 20-5-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/471423/trudeau-s-excuse-et-remballe-l-artillerie-lourde
 Aide à mourir : l’échéance sera serrée   Marie Vastel et Hélène Buzzetti

Et mon commentaire : Modifier+++ ou le retirer
...«Les partis pourraient utiliser cette semaine de congé » pour en arriver à un PL C-14 pleinement respectueux du Jugement unanime de la CSC du 6 février 2015, et de la présenter lundi matin le 30 mai.

Pour être respectueux, le Gouvernement devra :

- Retirer le critère «mort naturelle raisonnablement prévisible »
- Retirer l'article se rapportant au suicide médicalement assisté, totalement
- Remplacer «10-15 jours de réflexion fermes» par «un temps approprié de réflexion». (Faisons confiance +++ à nos soignants et à nos établissements de soins et de services sociaux)

Sans cela, le Gouvernement Trudeau devra retirer courageusement son projet de loi et blâmer les fonctionnaires du ministère de la Justice pour la rédaction d'un tel projet, pour le si peu d'écoute des personnes et des groupes d'experts, pour le peu de saine distance des groupes provie-à-tout-prix, pour la responsabilité d'installer un bourbier juridique porteur d'insécurité, d'insérénité et d'absence de paix clinique et sociale.

Espérons une semaine prochaine pleine de compassion et de solidarité avec les 250 000 personnes canadiennes qui décèdent annuellement, à leurs proches, à leurs soignants.

Espérons un PL C-14 acceptable en constitutionnalité et en humanité, lundi le 30 mai, aux petites heures. Ce serait une Grande heure. Une Bonne heure. Un Bonheur, quoi!



Par Yvon Bureau le 2016-05-21 à 11:09:51

AMAM : le climat dégénère à la Chambre --- 18-5-2016

PM Justin Trudeau a accidentellement bousculé madame la députée. Rien d'intentionnel. Malheureux, quand même

Ce qui est extrêmement triste à mourir ces temps-ci, ce sont toutes ces pertes de temps au jeu du dominants-dominés. Et on ne travaille pas intensément avec compassion sur les amendements majeurs devant être apportés au PL C-14 pour le rendre conforme au Jugement unanime de la CSC du 6-2-2016, et ensuite pour le bonifier.

Pourtant, ce dossier invitait à la noblesse. L'ignoble prend place. Nos finissants de la vie méritaient mieux, tellement mieux. 250 000 personnes canadiennes meurent annuellement. Des millions de personnes, proches et soignants, en sont touchées.



Par Yvon Bureau le 2016-05-20 à 15:43:20

Le vide juridique n'existe pas --- 19-5-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/471282/aide-medicale-a-mourir-un-revers-majeur-en-provenance-de-l-alberta

AIDE MEDICALE A MOURIR
Un revers majeur en provenance de l’Alberta    Hélène Buzzetti 

Et mon commentaire dans Le Devoir :
Voici ce qu'en dit le professeur André Émond :
«Ça y est ! Ça recommence ! On entend encore parler de vide juridique dans les médias à l’occasion du débat entourant le projet de loi fédéral sur l’aide médicale à mourir.

Il est facile de comprendre pourquoi. À peu près tous ont peur du vide. Le politicien, qui souhaite évidemment l’adoption de son projet de loi, agite cette chimère pour décourager toute opposition. Son discours aux citoyens est simple, même simpliste : mon projet de loi n’est peut-être pas parfait, peut-être vous déplaît-il, mais il est préférable au vide juridique...

N’ayez pas peur. Vous ne tomberez jamais dans le vide juridique. Une telle chose n’existe pas et n’a jamais existé en droit. Cette expression devrait donc être bannie comme tous les non-sens.

En réalité, lorsqu’un législateur, tel le Parlement du Canada, adopte une loi, il peut restreindre votre liberté. Inversement, l’abrogation d’une loi en accroît parfois l’étendue. ...
L’absence de loi pour régir un domaine d’activité définit donc un espace de liberté. .
Quand l’article du Code criminel du Canada interdisant l’aide médicale à mourir cessera de s’appliquer, les Canadiens, en vertu du droit désormais en vigueur, jouiront enfin de la liberté de pouvoir demander à un médecin de mettre fin à leurs jours, si c’est leur souhait. Seuls ceux qui condamnent ou craignent ou haïssent cette liberté pour des raisons purement morales voudront la restreindre par l’adoption d’une loi. ...»

Voici ce que j'en dis encore ce matin.

Rendons PL C-14 conforme à l'Arrêt Carter.[ Lire en urgence le jugement unanime de la Cour d’Appel de l’Alberta ]

Enlevons le critère «mort naturelle raisonnablement prévisible ».

Remplaçons «10 jours de réflexion fermes» par «un temps approprié de réflexion». Faisons confiance aux médecins/patients, aux oeuvrants en interdisciplinarité.

Très IMPORTANT : Retirer l'article se rapportant au suicide médicalement assisté. Les corporations professionnelles des médecins et autres s'y opposeront. À raison+++



Par Yvon Bureau le 2016-05-19 à 16:20:11

Une loi trop restrictive --- 17-5-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/471098/aide-medicale-a-mourir-la-senatrice-petitclerc-craint-une-loi-trop-restrictive

AIDE MEDICALE A MOURIR / La sénatrice Petitclerc craint une loi trop restrictive

Et mon commentaire dans Le Devoir : Vous avez raison, madame Peticlerc
D'abord, Chantal, je vous félicite+++ pour votre nomination au Sénat. Vous nous faites honneur. En plus, je vous félicite avec fierté avec mon expérience de 30 années, comme travailleur social, dans un centre de réadaptation physique de Québec, En plus plus, je vous salue avec mes 31 années d'expérience et d'expertise dans la promotion des droits-libertés-responsabilités de la personne en fin de vie.

Vous avez raison de craindre. Bien plus, nous avons raison de craindre+++ une loi trop restrictive, donc qui deviendra contestée aussitôt que votée. Et ce sera le bourbier juridique, selon Ghislain Leblond.

La future loi doit respecter en tous points le jugement unanime de la CSC du 6 février 2015. La conclusion de ce Jugement historique est une affirmation claire et sans équivoque. C’est une conclusion «plancher». Le présent PL C-14 est une un produit «sous-sol», exclusif, non inclusif. Cela est inacceptable. On peut bonifier ce projet en plaçant un autre étage. On ne peut pas le restreindre en descendant vers le bas, dans des sous-sols.

Ce projet de loi «sous-sol» ne respecte donc pas, comme disait sénateur Joyal, «les droits fondamentaux» reconnus par la CSC. C’est au Sénat de le rappeler au Parlement si d’ici quelques jours il ne modifie pas substantiellement son projet de loi.

Le critère «mort naturelle raisonnablement prévisible » doit être enlevé. Le critère de «10 jours de réflexion fermes», entre la demande d’aide médicale à mourir et l’aide active du médecin pour aider la personne en fin de vie ou à la fin de la vie à terminer sa vie, respectée jusqu’à sa fin |[doit être retiré]. L'article se rapportant au suicide médicalement assisté doit être retiré, maintenant. Un point majeur

La future loi ne donnera point le droit à l'aide médicale à mourir, mais le droit de la demander. Elle donnera le droit à la recevoir si elle respecte les critères de la conclusion du Jugement de la CSC. L'expérience de la Hollande et de la Belgique est des + précieuses.



Par Yvon Bureau le 2016-05-17 à 18:29:30

Blocage en vue au Sénat? Si nécessaire --- 13-5-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/470861/aide-a-mourir-le-senat-entrevoit-un-blocage

Le Sénat entrevoit un blocage  13 mai 2016 | Mélanie Marquis - La Presse canadienne à Ottawa | Canada
 
Mon commentaire :  À raison, un blocage
si le PL C-14 n'est pas rendu constitutionnellement acceptable. Le Sénat ne peut accepter un projet de loi qui ne respecte pas le Jugement unanime de la CSC.

Pour le moment, il ne l'est pas du tout, acceptable. INACCEPTABLE il est. Si voté ainsi, ce PL C-14 serait contesté et source d'un bourbier juridique malsain. «Nous y serons tous perdants et pour longtemps.» (GL)

Le Gouvernement Trudeau doit retirer immédiatement tout ce qui touche au suicide médicalement assisté : «de prescrire ou de fournir une substance à une personne, à la demande de celle-ci, afin qu’elle se l’administre et cause ainsi sa mort ». Sécurité, sérénité, contrôle, évaluation, paix familiale et clinique obligent! Jamais les Corporations professionnelles des médecins n'autoriseront leurs membres à prescrire des médicaments terminaux, sans savoir ce qu'ils adviendront. Jamais, et pour bien d'autres raisons.

Le délai de 10 jours doit être remplacé par «délai approprié». C'est au médecin/au patient, parfois avec l'équipe interdisciplinaire, de fixer le temps de réflexion approprié, selon le contexte clinique, selon la situation. Fixer un nombre de jours à la réflexion sera vite contesté. Parler de 10 jours fermes serait même parfois source de cruauté.

Aux Communes, lundi prochain, ce sera crucial. Les amendements substantiels seront plus que bienvenus, nécessaires+++ .

Le Gouvernement Trudeau se rendrait irresponsable, petit, cruel, pas à la Hauteur de la compassion, du travail clinique et du bon sens juridique.

Le Jugement de la CSC est un niveau Plancher; pour bonifications, on peut parler d'étages supérieurs. Le Gouvernement Trudeau présente honteusement un PL C-14 de sous-sol. Inacceptable!

Si ce PL C-14 arrive ainsi ou à peu près, le Sénat devra le bloquer+++. Même, si inhabituel, il devra demander un avis à la CSC. Par compassion. Par respect de la Constitution, et de tous et chacun.

Un blocage si nécessaire, mais pas nécessairement un blocage.



Par Yvon Bureau le 2016-05-14 à 09:20:24

Dossier AMAM : Le délire des Libéraux fédéraux

Je suis les activités du Parlement canadien depuis 50 ans. Je n’ai jamais vu un dossier aussi mal barré, aussi entaché d’amateurisme que celui de l’aide médicale à mourir, tel que conduit par l’actuel gouvernement. On suit les débats et les déclarations de ceux qui ont charge de tenir le fort pour les Libéraux et on se dit que ça touche au délire.
Ça pourrait être drôle si on parvenait à oublier qu’en bout de ligne, ce sera un groupe de citoyens des plus vulnérables qui devront assumer les conséquences de ce gâchis.
Pourtant, ce dossier aurait pu et aurait dû être très simple à gérer, tel qu’exposé dans la note jointe.

Voici ce que j'ai écit : http://collectifmourirdigneetlibre.org/documents/2016-05-11_approche_bassement_electorale.pdf 

Et publié en ce 12 juin, 16h00 : Aide médicale à mourir: cette loi brime nos droits

http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201605/12/01-4980959-aide-medicale-a-mourir-cette-loi-brime-nos-droits.php  
 



Par Ghislain Leblond le 2016-05-12 à 22:52:09

Il en faudra beaucoup plus ---11-5-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/470549/aide-a-mourir-les-liberaux-acceptent-deux-amendements
Aide à mourir: les libéraux acceptent deux amendements  11 mai 2016 |La Presse canadienne
 
Mon commentaire :
Il en faudra beaucoup plus pour rendre ce PL C-14 conforme et respectueux du e l'Arrêt Carter, de la conclusion du Jugement unanime de la CSC du 6 février 2015.

Majeurs et substantiels :

-- retirer l'article se rapportant au suicide médicalement assisté, celui
«de prescrire ou de fournir une substance à une personne, à la demande de celle-ci, afin qu’elle se l’administre et cause ainsi sa mort. (medical assistance in dying)».
Sécurité, sérénité, contrôle, évaluation, paix familiale et clinique obligent!
Jamais les Corporations professionnelles des médecins n'autoriseront leurs membres à prescrire des médicaments terminaux, sans savoir ce qu'ils adviendront. Jamais, et pour bien d'autres raisons. JAMAIS.

-- Le délai de 10 jours doit être remplacé par «délai raisonnable». C'est au médecin et au patient, parfois avec l'équipe interdisciplinaire, de fixer le temps de réflexion approprié, selon le contexte clinique, selon la situation. Fixer un nombre de jours à la réflexion sera vite contesté.

Bref, sans autres amendements substantiels, ce PL C-14 sera vite déclaré anticonstitutionnel et sera vite un «bourbier juridique» (GH). Ce ne sera pas pour le meilleur, mais pour le pire. Triste, même inhumain.

Le Gouvernement Trudeau sera vite accusé d'irresponsabilité et même de manque de compassion, de bienveillance, même accusé de cruauté.

Il est encore temps pour le Comité Housefather de présenter ce PL C-14, pour la 3e Lecture, constitutionnellement acceptable, respectueux en tout point de la CSC. Allez, courage. Honnêteté politique optimale et compassion maximale exigent !



Par Yvon Bureau le 2016-05-12 à 10:26:11

Pendant ce temps à Ottawa, désolations+++ --- 10-6-2016

C’est désolant. Inquiétant. Même parfois, révoltant.

Le Comité Housefather en est à sa 2e journée de travail dans l’étude article du PL C-14.
Il semble que ce président veut présenter à la Chambre le PL C-14, sans amendements substantiels apportés. C’est comme s’il a eu le mandat de le garder intact avant de le présenter vendredi à la Chambre et … de le porter au Sénat dès le début de la semaine prochaine.

Sans amendements majeurs apportés, si ce projet devenait loi, ce serait le «bourbier juridique», ce serait le début de l’émergence de toutes les contestations devant les tribunaux. Pour le pire et le «très pire» pour les mourants, leurs proches et leurs soignants. Ce serait le règne de l’insécurité et de l’insérénité, et le règne de la perte de la paix clinique et sociale.

Agissant ainsi, le Gouvernement se comporterait en grand responsable de ce chaos, en irresponsable quoi !

Si le Sénat bloquait cette triste aventure? Et s’il demandait au Parlement de refaire ses devoirs en présentant seulement les amendements requis pour rendre conformes au Jugement unanime de la CSC et le Code criminel et la Charte?

Et si le Sénat demandait au Parlement de laisser les ministres de la Santé des Provinces et des Territoires se réunir en urgence, dès cet été, et de s’occuper du reste, l’AMAM étant et un droit et un soin?

À suivre ... avec ténacité et avec espoi,r malgré et à travers tout!



Par Yvon Bureau le 2016-05-11 à 19:10:17

Pendant ce temps au Québec, une cinquantaine … ---10-5-2016

Il y a environ une semaine, le ministre de la Santé Barrette nous apprenait qu’il y aurait eu une cinquantaine de personnes qui auraient terminé leur vie par AMAM.
Et tout se serait bien «passé».

Il est encourageant de savoir que Ministre Barrette
a pris la parole au 26e congrès du Réseau des soins palliatifs du Québec,
à Sherbrooke, jeudi dernier.

Il aura sûrement aidé ce Réseau à s’OUVRIR davantage
à la nouvelle réalité des soins de fin de vie.



Par Yvon Bureau le 2016-05-11 à 19:04:26

Quelques nouvelles de PL C-14

«Le projet de loi C-14 a franchi l'étape de la deuxième lecture mercredi soir--4-5-2016-- en Chambre, appuyé par 235 députés contre 75.» 


Sans prétendre parler au nom des autres membres du comité, il a affirmé qu'il ne voyait pas de problème avec le critère de mort naturelle raisonnablement prévisible. En début de semaine, le Barreau du Québec a recommandé de le retirer, carrément, du projet de loi.»
«La mesure législative proposée sera étudiée article par article par le comité de la justice et des droits de la personne à compter de lundi après-midi –9-5-2016--.»
Le leader du gouvernement en Chambre, Dominic LeBlanc, a pour sa part soutenu jeudi à La Presse Canadienne que l'administration Trudeau était ouverte à l'idée d'amender C-14.
 
Les sénateurs Joyal et Cowen prennent position.
« Je préfère m'en remettre à l'interprétation que les tribunaux donneront de la décision Carter que d'avoir un projet de loi qui nie à un nombre important de Canadiens le droit d'avoir accès aux soins médicaux de fin de vie », a expliqué le sénateur libéral indépendant Serge Joyal. Ne pas avoir de loi serait donc mieux qu'avoir une loi imparfaite ? « Absolument », a-t-il tranché jeudi matin en marge de l'audience du comité sénatorial qui se penche sur le projet de loi C-14, balayant du revers de la main l'argument de la nécessité de légiférer d'ici la date butoir du 6 juin. Il n'y a pas de vide juridique. Cet argument-là est faux. [...] C'est un argument politique pour faire pression sur la Chambre des communes et sûrement le Sénat. Serge Joyal …
J'aimerais mieux ne pas avoir de loi qu'avoir une loi qui comporte des lacunes. Je ne suis pas prêt à appuyer un projet de loi qui, je sais, va être immédiatement contesté devant les tribunaux. James Cowan …  James Cowan abonde dans le même sens. Et il jure qu'il n'appuiera pas le projet de loi si le gouvernement n'y apporte pas des amendements.»
 
 
Notre position actuelle : ce PL C-14 se doit d’être profondément modifié et amendé afin de le rendre pleinement respectueux de l’Arrêt Carter. Sans très substantiellement amendé, s’il fallait qu’il devienne loi, ce serait vite le bourbier juridique, ce serait vite des contestations assurées devant les tribunaux. Infiniment triste ce serait, tant pour les personnes en fin de vie que pour leurs proches et leurs soignants. Insécurité et insérénité règneraient de nouveau et pour longtemps.
 



Par Yvon Bureau le 2016-05-09 à 12:37:26

S'ouvrir à la nouvelle réalité des soins de fin de vie --- 6-5-2016

À l’occasion du 26e Congrès du RSPQ, voici mon texte qui a paru ce matin dans La tribune, tant papier que tablette. J’en suis fort heureux.
 http://www.lapresse.ca/la-tribune/opinions/201605/05/01-4978666-souvrir-a-la-nouvelle-realite-des-soins-de-fin-de-vie.php

Aux membres du Réseau des soins palliatifs du Québec,
Le 26e congrès annuel du Réseau des soins palliatifs du Québec prend fin aujourd'hui à Sherbrooke sous le thème de «L'émergence de l'approche palliative: en mouvement vers de nouveaux horizons».

C'est en Estrie qu'ont eu lieu les premiers colloques sur «Mourir dans la dignité». C'est en Estrie que se manifeste maintenant le plus d'ouverture sur les soins de fin de vie centrés sur la personne, sur son libre-choix. (...).

Votre congrès a lieu dans une mouvance clinique, sociale, juridique et politique. Réalité: droits nouveaux pour les personnes en fin de vie, obligations nouvelles pour les soignants et leurs établissements. Un autre grand défi: adapter votre approche palliative aux nouveaux soignés, non l'inverse.

Les médias sont présents plus que jamais à votre congrès; à raison: La loi québécoise sur les soins de fin de vie est en vigueur et le parlement fédéral discute du projet de loi C-14 sur l'AMAM (...).

En Estrie (...) la Maison Aube-Lumière est ouverte à l'AMAM. D'autres maisons y pensent; à raison, car centrées sur la personne en fin de vie et sur son respect. Une cinquantaine de personnes au Québec ont terminé leur vie avec l'AMAM; cela se serait fort bien passé.

Des médecins, avec compassion, bienveillance, solidarité, ont témoigné publiquement; la population fut touchée, favorablement. Il y a des émergences. Une approche centrée sur chaque personne, sur son respect jusqu'à sa fin. Des soins de fin de vie de plus en plus personnalisés, plus appropriés. Primauté sur les valeurs de la personne en fin de vie.

Votre réseau doit s'ouvrir à la nouvelle réalité des soins de fin de vie. Vous voulez un énorme défi? Passez du RSPQ au Réseau québécois des soins de fin de vie (RQSFV). Ce serait cohérent avec la Loi québécoise sur les soins de fin de vie, avec la Commission permanente sur les soins de fin de vie.

Aussi, quand on parle de soins de fin de vie, tout le monde comprend.(...).

Membre qu'on évite et non qu'on invite à prendre la parole, je vous suis de près, avec la conviction que majoritairement les professionnels et les bénévoles en SP voient l'aide médicale à mourir comme complémentaire aux soins palliatifs.



Par Yvon Bureau le 2016-05-07 à 15:03:57

Ce fut une «Grosse» semaine de débat/PL C-14, à Ottawa --- 6-5-2016

Depuis lundi, il y a eu débat au Parlement fédéral. Malheureusement, trop de députés ont pris trop de temps pour se prononcer sur Pour et Contre l’aide médicale à mourir; pourtant, la Cour avait tranché sans équivoque. Ils auraient dû se concentrer sur les amendements à apporter au projet pour le rendre conforme parfaitement avec l’Arrêt Carter. Pendant ce temps, le Comité parlementaire de la justice et des droits de la personne recevait les présentations de groupes concernés et de personnes intéressées. Plusieurs ont affirmé, dont le Barreau du Québec, que si ce projet de loi était adopté ainsi, sans amendement et rejet majeurs d’articles, il serait inconstitutionnel et contesté immédiatement devant les tribunaux, dès son attestation. «Le Barreau du Québec ajoute sa voix au concert de critiques qui soulèvent des doutes sur la constitutionnalité du projet de loi fédéral sur l’aide médicale à mourir. L’organisation, qui témoignait lundi soir devant un comité parlementaire de la justice et des droits de la personne, est catégorique : le projet de loi C-14 ne respecte pas la décision rendue par la Cour suprême du Canada (CSC).»

«Jusqu’à présent, le projet de loi C-14 a fait l’objet de 25 heures de débat réparties sur quatre jours. Environ 80 élus ont pris la parole. Le projet de loi reviendra à la Chambre pour une seconde ronde de débats après son étude en comité. Il sera ensuite envoyé au Sénat. La Cour suprême a donné à Ottawa jusqu’au 6 juin pour concocter une loi. Le Parlement fait relâche une semaine d’ici là.» 

Nous avons plusieurs articles sur le sujet. Si besoin, faites signe.

Nous espérons infiniment que ce projet de loi sera présenté au vote, une fois pleinement conforme avec l’Arrêt Carter.



Par Yvon Bureau le 2016-05-07 à 14:43:29

Sortir du bourbier et le PL C-14 --- 5-5-2016

J’ai fait parvenir ici et là un texte important que vous trouverez dans le lien ci bas. Sans respecter totalement le jugement unanime de la CSC / Arrêt Carter, le Projet de loi sur l’AMAM, sans des amendements majeurs et essentiels, ce sera à nouveau un énorme bourbier juridique. Qui vont en souffrir? Encore les personnes en fin de vie, leurs proches, leurs soignants. Révoltant, désastreux, angoissant et insécurisant ce serait.
http://www.collectifmourirdigneetlibre.org/documents/2016-05-05_sortir_du_bourbier.pdf

Hier, le 5 mai, Radio-Canada/RDI 18H00 et 21h00 devait présenter une entrevue dans laquelle Dr Georges L’Espérance, président de l’AQDMD, et moi-même y étions interviewés. Malheureusement, la couverture des feux à McMurray n’a pas permis sa diffusion. Cependant, vous pouvez la retrouver, en regardant la vidéo incluse dans l’article ci bas. Reportage de Madeleine Blais-Morin de RC :
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2016/05/05/003-aide-medicale-mourir-senateurs-avertissement-gouvernement-aucune-loi-mauvaise.shtml

Nous espérons que le PL C-14 sera énormément modifié et qu’il sera pleinement conforme et cohérent avec l’Arrêt Carter. Si non, ce sera le grand bourbier, malheureusement, et tout le monde y sera perdant.
 



Par Ghislain Leblond le 2016-05-06 à 20:33:05

Chronique d’une mort encadrée / CPAC-tv --- 27-4-2016

http://www.cpac.ca/fr/programs/documentaires/episodes/47178045/

Réalisé par la journaliste Danielle Young. Excellent reportage sur les dernières décennies concernant l’aide médicale à mourir, le suicide assisté et l’euthanasie volontaire.

Fait intéressant : ce grand documentaire est présenté durant le débat sur le Projet de loi C-14 sur l’AMAM. Intéressant et instructif.



Par Yvon Bureau le 2016-05-02 à 16:25:28

AMAM : l’artiste Martine Birobent, de Danville ---26-4-2016

http://www.lanouvelle.net/Culture/2016-04-26/article-4510180/Choisir-comment-vivre-et-comment-mourir/1
 
Cette personne est décédée par AMAM le 30 mars dernier. Radio-Canada-Estrie en a fait écho le 6 avril. 20 jours plus tard, le journal La Nouvelle rapporte le témoignage de son conjoint Jean-Robert Bisaillon. Il titre : «Choisir comment vivre et comment mourir»
 
Touchant récit, avec de très belles photos de l’artiste.

 



Par Yvon Bureau le 2016-04-28 à 12:21:22

AMAM et Facultés de médecine au Canada --- 25-4-2016

AMAM / Les facultés de médecine canadiennes s’adaptent
25 avril 2016 | Sheryl Ubelacker - La Presse canadienne à Toronto | Santé
 
http://www.ledevoir.com/societe/sante/469055/aide-medicale-a-mourir-les-facultes-de-medecine-se-preparent-aux-modifications
 
Et mon commentaire : Encourageant et cohérent. Et une demande majeure
 
Tout cela va de soi. Nouveaux droits des personnes en fin et à la fin de leur vie, nouvelles obligations. Nouveaux défis cliniques.
 
C'est encourageant de voir ces futurs nouveaux médecins s'intéresser aux soins de fin de vie, incluant l'Aide médicale à mourir. Dans ces soins et cet accompagnement, une place est faite au Mourir moins mourir mieux, pour les personnes qui le désirent, centré sur sa conscience, ses valeurs, son intégrité, sa dignité, sa liberté de choix, son respect.
 
Je suis tellement heureux pour ces futurs médecins. Cette nouvelle pratique centrée sur chaque personne en fin et à la fin de sa vie, leur donnera tellement plus de santé personnelle et tellement plus de sérénité professionnelle, tout en facilitant le travail interdisciplinaire.
 
Une demande aux facultés de médecines canadiennes : exiger le retrait de l’aide médicale à mourir, approche Oregon; bref, demander d’enlever du projet de loi l’option du suicide médicalement assisté; opter pour la présence intense et totale du médecin lors de tout le processus de l’aide médicale à mourir.
 



Par Yvon Bureau le 2016-04-26 à 22:21:43

Les limites du Projet de loi --- 23-4-2016

AIDE A MOURIR
Ottawa reconnaît les limites de sa loi… et les justifie
23 avril 2016 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
http://www.ledevoir.com/politique/canada/469009/aide-a-mourir-ottawa-reconnait-les-limites-de-sa-loi-et-les-justifie

Et mon commentaire : Justification anémique
« Mais cette entorse se justifie au nom de la lutte au suicide.» Pour lutter contre le suicide, retirez tout de suite le suicide médicalement assisté, modèle Oregon, comme option d'aide médicale à mourir. Et cessons de parler de suicide. Et appuyons ainsi tous les milliers de bénévoles et professionnels qui s'investissent généreusement dans la prévention du suicide. Le suicide médicalement assisté/Oregon, pour les personnes en fin et à la fin de leur vie, n'est pas une solution. Les impacts familiaux et sociaux seraient nombreux et négatifs.

Et ne gardez comme aide du médecin pour terminer sa vie le modèle québécois et européen : le médecin est présent dans le processus des soins de fin de vie, présent pour administrer les médicaments terminaux, avant-pendant-après les 3 injections. À la nécessité et au mieux, tout au long du processus de soins de fin de vie le médecin est entouré et soutenu par l'équipe interdisciplinaire.

Ce projet de loi semble de plus en plus marcher sur des sables mouvants. Il semble faible en vitalité et fort en tremblement, rampant.

Ce projet se doit de devenir debout et consistant, respectueux au maximum du Jugement unanime de la CSC, plein de compassion et de solidarité, inspirant la sérénité, avant de se présenter au vote.

Et si la limite de la loi était simplement le respect du Jugement de la CSC et de son esprit?

Place aux amendements! Maintenant.



Par Yvon Bureau le 2016-04-24 à 11:46:30

Respect du jugement Carter ? --- 22-4-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/468950/aide-a-mourir-le-projet-de-loi-respecte-le-jugement-carter-assure-la-ministre
 
AIDE A MOURIR
Le projet de loi respecte le jugement Carter, assure la ministre
22 avril 2016 16h41 | Lina Dib - La Presse canadienne à Ottawa | Canada
 
Mon commentaire : Projet insuffisant, pas présentable au vote
«Le Parlement doit non seulement respecter le jugement de la Cour suprême, a argué la ministre, mais aussi écouter toutes les voix et décider où se trouve l’intérêt public.»

«Écouter toutes les voix». Très peu de personnes demandent l'option Suicide médicalement assisté». L'option que le médecin soit présent avant-pendant-après la série des médicaments terminaux fait très grande majorité chez la population, à plus de 80%, et depuis longtemps. «Écouter …», bien sûr, mais avec modération et avec une saine distance les voix qui viennent des religieux et des Provies qui, avec une autorité de domination, ne semblent pas connaître les mots Compassion, Solidarité, Non jugement, Liberté, Accompagnement inconditionnel.

«Décider où se trouve l’intérêt public». Il se trouve dans un système d'aide médicale à mourir, contrôlé et contrôlable et évaluable. Rien de cela se trouve dans le suicide médicalement assisté, modèle Oregon. L'intérêt public se trouve dans le respect de chaque personne en fin de vie, de ses valeurs, de sa conscience, de son intégrité, de sa dignité et de son libre-choix.

M. Michael Cooper «veut qu’un psychiatre détermine la capacité à consentir de la personne qui demande l’aide médicale à mourir». Un instant ! Seulement si le médecin et son équipe interdisciplinaire le demandent.

«la ministre fédérale de la Justice a assuré, vendredi matin, que son projet de loi sur l’aide médicale à mourir répondait adéquatement à la décision de la Cour suprême du Canada.» Il faut répondre à la CSC plus que de façon adéquate, mais en cohérence et en respect de la Conclusion unanime et même de son esprit.

Madame la ministre, votre projet de loi se doit d'être profondément bonifié avant de le présenter au vote. Pour le moment, ce projet est insuffisant, peu respectueux de la CSC, bref, pas présentable au vote.



Par Yvon Bureau le 2016-04-24 à 11:43:59

Regardez les Coulisses du pouvoir, RC , du 17-4-2016

C’est une émission à regarder.
En plus des 2 députés interviewés, 
nous vous recommandons d’écouter les avis des 3 experts. Spécialement les commentaires de Chantale Hébert. Percutants.
http://ici.radio-canada.ca/tele/les-coulisses-du-pouvoir/2015-2016/

Le député René Arsenault nous parait des plus authentiques, sage et ouvert.



Par Yvon Bureau le 2016-04-23 à 00:56:34

Un autre médecin témoigne, Pierre Viens ---17-4-2016

http://plus.lapresse.ca/screens/856550f2-fef8-40de-bde5-b6b09eeafe43%7C_0.html
Édition du 17 avril 2016, section DÉBATS, écran 2  La Presse+, Montréal

« JE NE SERAI JAMAIS PLUS COMME AVANT » Dr Pierre Viens Collaboration spéciale.

Le lundi de Pâques 2016, j’ai aidé une personne à mourir. C’était la première fois, mais sûrement pas la dernière.
Au soir d’une longue carrière de 55 ans comme médecin, je ne pensais pas qu’il puisse y avoir encore place pour un geste humain et médical d’une telle noblesse, tant attendu par une personne digne et debout, même si elle était clouée à un fauteuil roulant depuis des années.
En présence de celui et de celles qu’elle aimait, et que je sentais en si intense communion, dans une atmosphère où l’émotion grave et silencieuse était à couper au couteau. Ce fut l’affaire de quelques minutes, dont elle ne ressentit que les premières secondes : celles où s’insère le médicament sédatif et anxiolytique qui lui permit ce lumineux sourire dont elle était privée depuis si longtemps.
Une personne présente parla alors d’une messe de la libération. Son calvaire était fini…
Je frissonne à la pensée que j’aurais pu décliner sa demande pressante et pathétique, commodément caché derrière un tas de bonnes raisons incluant l’objection de conscience parfois si facile. En 24 ans de pratique en soins palliatifs, j’en ai vu et connu, des morts. Des morts douces bien sûr. Des horreurs d’une ignominie inimaginable aussi. Des agonies interminables dans un état d’indignité indescriptible. Rien, mais absolument rien de comparable à ce que je venais de vivre. Car je réalise que ce qui était nouveau, ici, c’était la liberté, le respect du choix de cette personne qui décidait de SA propre mort et de la façon dont ELLE souhaitait qu’elle se fasse. Son dernier acte de vie, en somme.
Je la connaissais depuis peu de temps, car sa demande avait d’abord été présentée à son médecin de famille qui ne pouvait pas s’en occuper pour des raisons personnelles. Atrocement lucide, elle était totalement prisonnière de son corps raidi et déformé. Même ses yeux ne pouvaient plus bouger ; son regard, intense, me transperçait littéralement.
« OUI »
Elle était encore capable de dire « oui », pas plus. Les « non », encore possibles il y a deux semaines, s’étaient transformés en grognements. Ce « oui », ce seul mot de trois lettres qui la reliait encore au monde de ceux qu’elle aimait. Le seul canal de communication me permettant de rassurer la Commission sur les soins de fin de vie qu’elle était vraiment en fin de vie… qu’il n’y avait plus aucun, aucun autre recours… qu’elle endurait sans répit des souffrances psychologiques intolérables alors qu’elle sentait se resserrer l’étau de ses muscles spastiques…  qu’elle désirait vraiment mourir comme une délivrance puisque sa vie n’était plus que souffrance.
J’ai oublié de mentionner que même si elle pouvait à peine ouvrir péniblement la bouche pour qu’on puisse y glisser un peu de liquide, elle pouvait encore sourire. Même rire… et beaucoup pleurer. À la fin d’une de mes dernières visites, elle a grogné, faisant ainsi savoir qu’elle avait quelque chose à dire. Utilisant l’alphabet lentement déroulé et à l’aide des « oui », son message commençait par M, puis E, et pour ne pas la fatiguer davantage, j’ai suggéré… « merci » ? À son « oui », à mon tour, je l’ai remerciée de m’avoir permis d’être plus grand maintenant, et je suis sorti rapidement de la chambre.
***
Je réalise tous les jours que les malades, les familles, les médecins aussi, manquent d’information. Nous devons apprendre à composer avec le choix du législateur de n’avoir pas défini le critère de la fin de vie dont l’évaluation repose sur notre seul jugement médical. Si la fin de vie d’un malade cancéreux avancé est assez facilement prédictible, il n’en va pas de même des autres maladies incurables et irréversibles comme les grands syndromes d’insuffisance (cœur, reins, foie), et ces terribles maladies de dégénérescence dont l’incidence est croissante. Nous commençons la mise en œuvre de cette loi, nous devons y mettre réflexion, énergie, bonne volonté et action.
Depuis ce lundi de Pâques, je sens que je ne suis et ne serai jamais plus comme avant. Je suis infiniment reconnaissant à celles et ceux qui se sont battus pendant des années pour que la loi 2 sur les soins de fin de vie soit adoptée, pour que notre société soit meilleure et plus humaine. Je souhaite que mes collègues médecins aient le courage de dire « oui » quand un malade leur demandera ce dernier recours, malgré leurs inquiétudes légitimes face à un défi qu’ils n’ont pas été habitués à gérer.
L’aide médicale à mourir est un vrai soin. Le dernier. Le plus beau …



Par Yvon Bureau le 2016-04-18 à 10:45:45

Que de nombreux articles depuis le 14-4-2016!

Depuis jeudi, de très nombreux articles dans les journaux tant en français qu’en anglais, sur PdeL C-14. Faites signes si vous en voulez certains.
 
Ghislain et moi avons donné+++ entrevues. Et ai commenté souvent dans Le Devoir.
 
Nous croyons que le Projet de Loi ne respecte pas suffisamment le Jugement unanime de la CSC.
 
Nous nous opposons fortement et formellement à la proposition de permettre le suicide médicalement assisté, comme en Oregon et autres États.

L’aide ne devra venir que d’un médecin comme le demande la CSC. Médecin présent dans le processus de soins, avant, pendant et après les injections des médicaments terminaux.
Merci au CMQ de revendiquer aussi en ce sens
 
Nous espérons, tout comme AQDMD et DWDC, que l’AMAM puisse être incluse dans les Directives médicales anticipées. Beaucoup de sérénité et de paix clinique et sociale en dépend.
 
Nous avons une certaine ouverture pour la participation d’un professionnel des soins infirmiers spécialisé, là où l’absence de médecin est. Question d’accessibilité dans tout le Canada pour AMAM, spécialement en régions éloignées des grands centres urbains.
 
Enfin, la Loi devra permettre au médecin de refuser de soigner par AMAM, par conscience, mais devra l’obliger à référer.



Par Yvon Bureau le 2016-04-18 à 10:26:48

Voici le Projet de loi C-14

http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Language=F&Mode=1&DocId=8183660 



Par Yvon Bureau le 2016-04-17 à 19:31:44

Le Projet de loi C-14 est présenté ---AMAM --- 14-4-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/468163/le-gouvernement-federal-depose-son-projet-de-loi-sur-l-aide-medicale-a-mourir

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/politiquefederale/archives/2016/04/20160414-040729.html 

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201604/14/01-4971135-de-laide-medicale-a-mourir-si-la-mort-est-raisonnablement-previsible.php

Un concept nouveau d'ouverture : «mort raisonnablement prévisible».

Commenterons plus tard.



Par Yvon Bureau le 2016-04-14 à 17:06:50

DR Alain Nauld à Gravel le matin RC --14-4-2016

Écouter cette excellente entrevue du Dr Nauld sur ce lien :

http://ici.radio-canada.ca/emissions/gravel_le_matin/2015-2016/  Allez à 08H18 



Par Yvon Bureau le 2016-04-14 à 14:44:39

AMAM : un 1e médecin témoigne, Dr Alain Nauld

IMPORTANT : Regardez et lisez ce 1e témoignage d’un médecin aidant médicalement à mourir

Aide médicale à mourir : un premier médecin témoigne de son expérience
  http://www.sympatico.ca/actualites/nouvelles/grands-titres/aide-medicale-a-mourir-un-premier-medecin-temoigne-de-son-experience-1.1716587
 
Lien pour l’entrevue-tv à RC :
http://www.sympatico.ca/videos/aide-medicale-le-temoignage-d-un-medecin-1.1716558
 
Alain Naud est médecin. Il a prodigué à plusieurs patients une aide médicale à mourir et est le premier à accepter d'en parler publiquement.
Un texte de Davide Gentile

Regardez les reportages à 24-60 et au Téléjournal de RC .
Madame Hivon et Dr Barrette commentent.

Tout cela à la veille du dépôt de Loi par Ottawa

 



Par Yvon Bureau le 2016-04-14 à 02:37:03

AMAM : troublante histoire de Jean Brault --- 12-4-2016

Se faire violence pour mourir dans la dignité, la troublante histoire de Jean
Publié le mardi 12 avril 2016 à 16 h 08
http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2016/04/12/002-faire-violence-mourir-dignite-aide-medicale-mourir-jean-brault.shtml?isAutoPlay=1
 
Monsieur Brault est décédé 48 heures après cette entrevue exclusive. Le 7 avril. Nos sympathies à la famille.
GRATITUDE à toi, Jean. Merci à ses proches et à Radio-Canada.
 
Mon vœu et mon plus profond espoir : que plus personne n’ait à faire un tel jeûne, à souffrir autant pour terminer son agonie et sa vie.
Ce document m’a profondément touché et interpellé.
«Quelqu’un m’a enfin entendu». Il est bien d’écouter la personne en fin de vie. Mieux, l’entendre.
 
Le RSPQ tiendra son 26e congrès à Sherbrooke, début mai. J’espère que les témoignages de Jean Brault, de Marie-Josée Bernard, de Jean-Robert Bisaillon et des 2 maisons de SP ouvertes aux personnes demandant AMAM, saisiront une fois pour toutes et intensément ses dirigeants et ses grands penseurs. Nous sommes en 2016, cher Réseau ! Les finissants de la vie ont de nouveaux droits. RSPQ, vous avez de nouvelles obligations.
 



Par Yvon Bureau le 2016-04-13 à 22:56:42

Projet de loi espéré au + tôt ---9-4-2016

AIDE MEDICALE A MOURIR  /  Ottawa opterait pour l’extrême prudence
9 avril 2016 | Joan Bryden - La Presse canadienne à Ottawa | Canada

http://www.ledevoir.com/politique/canada/467696/aide-medicale-a-mourir-le-gouvernement-trudeau-opterait-pour-l-extreme-prudence
 
«Le gouvernement de Justin Trudeau n’adopterait pas la position la plus permissive en matière d’aide médicale à mourir, a appris La Presse canadienne. …»

Et mon commentaire fut : M. le 1e ministre, optez pour l'extrême respect.
Optez pour l'extrême prudence et la plus que suffisante audace pour que chaque personne en fin de vie et à la fin de sa vie puisse mourir respectée dans son libre-choix jusqu'à sa fin.

Nous sommes en 2016. Nous sommes à l'aire des soins de fin de vie personnalisés et appropriés. La dignité passe beaucoup par le libre choix, par le respect de chaque personne dans ses valeurs, sa conscience, son intégrité, son identité, sa confidentialité. La personne doit être au cœur de l'information et des décisions la concernant.

Bien sûr, monsieur le Premier ministre, il faut tenir compte de toute la population canadienne. Mais vous savez que la très grande partie de personnes canadiennes est en faveur de l'aide médicale à mourir, et cela depuis longtemps. Il en est de même pour que l'AMAM puisse faire partie des directives médicales anticipées. Sans cela, vous mettrez la sérénité de milliers de personnes en danger. Bien plus, la paix sociale risque d'être perturbée par l'augmentation du nombre de suicide et de meurtres par compassion chez les gens atteints par la maladie d'Alzheimer et semblables.

Toute personne devant terminer sa vie, peu importe son âge, doit le faire avec le moins de douleurs et de souffrances possible.

Monsieur le Premier ministre, gardez-vous à une saine distance des Pro-vie à tout prix. La CSC réaffirme le droit à la vie, tout en affirmant de façon claire que personne n'est obligée de vivre à tout prix, si douleurs et souffrances ...

Optez pour l'extrême respect de chaque personne en fin de vie, pour sa dignité, pour sa sérénité et pour sa liberté de choix. Solidarité et compassion exigent.



Par Yvon Bureau le 2016-04-11 à 15:08:09

2 témoignages touchants ---7-4-2016

L'aide médicale à mourir est autorisée depuis le 10 décembre au Québec. Après la délivrance des souffrances des patients, il y a tout un monde pour leur entourage. Marie-Josée Bernard et Jean-Robert Bisaillon ont parlé de leur expérience à l'émission Écoutez l'Estrie.

http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2016/04/07/009-aide-medicale-mourir-jean-robert-bisaillon-marie-josee-bernard.shtml  Radio



Par Yvon Bureau le 2016-04-11 à 15:05:54

Pendant ce temps, au Québec et au Canada ---7-4-2016

L’éditorialiste Manon Cornellier a raison de s’inquiéter. AMAM : Course contre la montre
http://www.ledevoir.com/politique/canada/467481/aide-medicale-a-mourir-course-contre-la-montre
 
Voici mon commentaire : Pendant ce temps, au Québec et au Canada,
des personnes en fin de vie reçoivent une aide médicale à mourir. Et ça se passe «très bien». Le mot qui qualifie le plus cette aide et qui revient souvent : FACILITANT. Et le mot qui émerge le plus : RESPECT de la personne jusqu'à sa fin. Suivent de près : solidarité et compassion. D'après les témoignages reçus, c'est ce respect ultime qui unit la famille, les soignants et l’établissement de soins, et qui, ultérieurement, facilite le processus du deuil.

Nécessaire de rappeler que plus de 250 000 personnes canadiennes décèdent annuellement. Et si chaque décès touche de près 30 personnes environ, nous nous approchons de 8 millions de personnes ... De quoi faire bouger davantage un Gouvernement! Avec intensité et avec humanité.
 



Par Yvon Bureau le 2016-04-07 à 23:29:12

AMAM : cela se passe bien, paisiblement, respectueusement 5/6-4-2016

Il y a eu le 1e décès d’un Manitobain par AMAM.  http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/2016/04/06/002-aide-medicale-premier-patient-manitoba.shtml    
J’aime bien y lire ceci : «…Dans un message envoyé aux médias par son avocat, la famille du patient a indiqué qu'il est mort aussi paisiblement que tous l'espéraient. Elle dit apprécier le soutien qu'elle a reçu de l'Autorité régionale de santé de Winnipeg, des médecins et des autres professionnels qui ont participé au processus. Finalement, la famille s'est dite reconnaissante du fait que sa vie privée soit respectée durant une période difficile.»
 
Et voici aussi, à Sherbrooke, le décès de Martine Biroben et le témoignage de son mari :
http://www.sympatico.ca/actualites/nouvelles/regions/estrie/l-aide-medicale-a-mourir-le-choix-difficile-de-martine-birobent-1.1706438  
http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/chroniques/sonia-bolduc/201604/05/01-4968043-gratitude-dans-le-deuil.php  

Ces récits sont touchants. Touchés.



Par Yvon Bureau le 2016-04-07 à 23:27:02

1e récit d’une AMAM au Québec ---31-3-2016

Ce 31 mars, c’est Patrice Lagacé de Presse+ qui nous apporte le 1e récit d’une AMAM au Québec. Marcel Bernard a reçu cette aide médicale le 26 janvier dernier, à13h30, à l’Hôpital Hotel-Dieu de Québec. Sa fille Marie-Josée lui a donné une entrevue.
http://plus.lapresse.ca/screens/8d2979b5-8c56-406e-bea3-ef216cd19a3c%7C_0.html   Édition du 31 mars 2016, section ACTUALITÉS, écran 2 La Presse+

Il titre :  JEUDI, 13 H 30. À LIRE
«La Loi québécoise concernant les soins de fin de vie est entrée en vigueur juste avant Noël. Depuis, combien de Québécois en phase terminale ont demandé à un médecin de l’aide pour mettre fin à leurs jours ? On l’ignore. Le gouvernement publiera des statistiques à la fin de l’année. Voici l’histoire d’un de ces Québécois qui a choisi le moment de sa mort, Marcel Bernard. … C’est Yvon Bureau, travailleur social et militant de longue date pour l’aide médicale à mourir, qui a suggéré à Marie-Josée de parler à La Presse. « Pour faire avancer les choses, dit-elle. Si ça peut rassurer des gens, pourquoi pas ? … Quelque chose comme une belle mort. »

Un commentaire : depuis plus de 30 années, je fais la promotion des droits, libertés et responsabilités de la personne en fin de vie. Je crois+++ que la dignité dans le mourir passe par l’expression de son libre-choix en fin de vie et par le respect de ce choix par les proches et les soignants. Je milite pour le libre-choix, pour des soins de fin de vie appropriés et personnalisés de fin de vie.

 



Par Yvon Bureau le 2016-04-01 à 01:46:19

Au N-B et à T-N-L : AMAM

Un avocat de TNL bouge pour faciliter l’AMAM pour les personnes en fin de vie ou à la fin de leur vie.
http://ici.radio-canada.ca/regions/atlantique/2016/03/30/009-aide-medicale-mourir-terre-neuve-labrador-medecin-patient.shtml
 
Et au NB, les dirigeants de Maisons de SP s’opposent à permettre l’AMAM dans leurs maisons, mais dirigeront ailleurs les personnes désirant cette AMAM.
http://www.acadienouvelle.com/actualites/2016/03/30/aide-medicale-a-mourir-maisons-de-soins-palliatifs-refusent-de-participer-exclusif/?pgnc=1
 
Commentaire : placer et respecter jusqu’à sa fin la personne en fin de vie, ses valeurs, sa conscience, sa dignité, son intégrité, son libre-choix.
 
 



Par Yvon Bureau le 2016-03-31 à 01:07:40

Mourir dans l’indignité ---La Presse+ PL--- 26 et 27 mars 2016

Patrick Lagacé, journaliste à La Presse, nous raconte, les 26 et 27 mars 2016,
comment Louise Laplante, atteinte de la SEP, a terminé sa vie dans l’indignité.

Témoignage pénible à lire, triste et si inhumain. Louise et ses proches et même ses soignants méritaient tellement mieux.

Et cela avec une aide médicale à mourir, respectueuse de son choix et de sa dignité.

Espérons que cette expérience indigne se reproduira de moins en moins au Québec.

Les établissements de soins passeront d’un mal-aise à un bien-aise. Assez rapidement.
 
À lire :
http://plus.lapresse.ca/screens/86ee182e-579d-4de5-880c-a62f4d689e46%7C_0.html
http://plus.lapresse.ca/screens/c903a22b-a82f-4020-baf1-1acd58ddc598%7C_0.html

Et Lire P Lagacé ce jeudi. Important.



Par Yvon Bureau le 2016-03-29 à 21:01:09

Cher André --- Et Nous sommes en 2016 ---24-3-2016

Voici une lettre réaction à ma lettre d'hier :

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/466310/cher-andre

Lisez en cliquant... et mon commentaire que voici :

Nous sommes en 2016
«L’Église n’approuve pas l’euthanasie, car elle voit très bien tous les dérapages qui pointent à l’horizon et qui, finalement, vont nous donner l’euthanasie sur demande et pour tous sans aucune balise.» Comment écrire une telle affirmation, sans aucun fondement, sans se sentir moralement fautif? Même ailleurs. J’ai vu et entendu les représentants des évêques catholiques à la Commission sur la question de mourir dans la dignité. Faibles en argumentations. Forts en peurs. Très et trop faibles aussi dans l’utilisation des mots solidarité, compassion, compréhension et respect de chaque finissant de la vie dans ses valeurs, dans sa conscience et dans sa liberté.

André pourrait aller en SP à la Maison Aube-Lumière, là où la liberté de choix prime, là où la personne soignée passe avant les soignants, là où le plus grand des respects règne ... L'AMAM y sera possible si appropriée et si librement demandée. «On peut y mourir, entouré de ses proches, en toute sérénité.» Avec AMAM, c'est possible, avec aussi compassion et solidarité et surtout respect.
Aussi, nous sommes en 2016. Nous sommes rendus dans l'ère des soins de fin de vie personnalisés et appropriés qui incluent les soins palliatifs, la sédation palliative continue, l'aide médicale à mourir. Nous avons la Loi concernant les soins de fin de vie. Nous avons le jugement de la Cour suprême du Canada qui sera effectif en juin prochain. Et la très grande majorité de la population, même chez les catholiques, est en faveur de l'AMAM.

La mort, «il y a plein de vie là dedans ». C’est dans le mourir, dans la fin de la vie que c’est plein de vie. On peut y trouver plein de noblesse et de dignité, et, malheureusement, du contraire.

En attente de la réponse des représentants des évêques … : Oui aux soins de fin de vie personnalisés et appropriés de fin de vie.

M. Deschesnes, merci pour votre lettre. La terminologie utilisée vous traduit.



Par Yvon Bureau le 2016-03-25 à 19:50:42

AMAM : le cas d'André ---23-3-2016

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/466178/aide-medicale-a-mourir-le-cas-d-andre

23 mars 2016 | Yvon Bureau - Travailleur social et consultant bénévole pour le collectif Mourir digne et libre, Québec | Actualités en société

Lettre adressée à Mgr Douglas Crosby, président de la Conférence des évêques catholiques canadiens, et Mgr Paul Lortie, président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
 
Devant l’arrivée de l’aide médicale à mourir comme devant faire partie des soins de fin de vie, vous invitez vos « fidèles à s’interroger sur ce moment décisif et crucial pour le pays, et à préférer les soins palliatifs à l’euthanasie ». (Radio Vatican, 23 février 2016). Bien humblement, je vous soumets le cas d’André.
 
Un catholique pratiquant, 75 ans, lucide, atteint d’un cancer agressif et dégradant à ses yeux en fin de vie, rendu à la fin de sa vie. Il a fermé ses dossiers de vie, a beaucoup donné, a pardonné et a été pardonné, en paix il est, au bout de sa vie il survit, au bout du sensé il navigue… Il croit en un Dieu de compréhension et de miséricorde. Il aime et il respecte la vie et tout le vivant. Philosophe à ses heures, il croit que l’on doit souvent choisir entre le bien et le mal, parfois entre le moins pire et le pire. Il me demande de vous écrire, à vous les évêques catholiques canadiens. Voici.
 
« Ma santé est très limite, mon agonie est féroce et le pire est pour bientôt. Je veux demander l’aide médicale à mourir. Je veux savoir si je pourrai demander un prêtre pour les derniers sacrements. J’aimerais une dernière fois me confesser, recevoir l’absolution générale et communier ; je ne crois cependant pas que de demander et de recevoir une aide de mon médecin pour moins et mieux mourir soit un péché mortel.
 
Bien plus, je veux demander à un prêtre que je connais bien et qui est un de mes amis d’être présent lors de mon départ et lors de l’arrivée de ma mort. Après mon décès, mes proches adoreront sa présence réconfortante et signifiante.
 
Finissant ma vie, je veux savoir aussi si ce prêtre et mon médecin catholique risquent des problèmes, même d’être excommuniés.
 
J’aimerais une garantie que rien de répréhensible n’arrivera ni à mon ami prêtre ni à mes soignants.
 
Au bout de ma vie, je vous prie de me répondre le plus tôt possible. Mes jours et mes heures me sont comptés. Mes démarches pour une demande de l’aide médicale à mourir ont déjà débuté.
 
Je vous remercie, je vous salue, je prie pour vous et je vous souhaite une Bonne Année de la miséricorde. Respectueusement, André. »
 
Votre réponse à et pour André sera appréciée. Recevez mes salutations. 

____________________

Et mon commentaire à la suite des commentaires :

Oncologue belge Marc Desmet jésuite
Il a fait conférence à l'Université Laval le 21 octobre 2010. Une conférence remarquée. Un remarquable moment de vie. Plusieurs du réseau des soins palliatifs ont quitté avant la périodes des questions. Son discours était trop en Hauteur, en Noblesse et en Humanité.

Il ne pratiquait pas l'aide médicale active à mourir, mais il accompagnait ses patients jusqu'à leur fin, s'ils le lui demandaient. Il nous a raconté tenir la main de la personne qui recevait librement les médicaments terminaux, et l'autre main tenant main faisant un cercle avec plus de 20 personnes ... Une odeur de solidarité, de grand respect, de compassion, de dignité, de sérénité devait s'y dégager.

En Belgique, l'AMAM fait partie des soins palliatifs. Ils ne s'opposent pas, mais se complètent. Et la Belgique est un des meilleurs pays au monde pour la qualité des soins de fin de vie.

AECQ et CECC devraient l'inviter à leur conférencer ...

 :



Par Yvon Bureau le 2016-03-25 à 19:45:06

AMAM hors Québec --- 21-3-2016

En mars, officiellement, trois personnes hors Québec ont reçu une AMAM pour terminer leur vie. La dernière est une personne de l’Ontario, décédée le 18 mars 2016. Les deux autres étaient de l’Alberta et du Manitoba.
 
http://www.ledevoir.com/societe/sante/465975/un-premier-ontarien-beneficie-de-l-aide-medicale-a-mourir
«Toronto — Le premier Ontarien qui avait obtenu d’un tribunal le droit à l’aide médicale à mourir pour abréger ses souffrances est décédé moins de 24 heures plus tard. L’homme de 81 ans est mort vendredi, ont fait savoir ses proches. « Notre bien-aimé mari, père et grand-père est décédé paisiblement et dans la dignité, avec l’aide de ses bienveillants médecins, a écrit la famille dans un communiqué. C’était sa vie et son choix, et nous l’appuyons inconditionnellement dans ce choix. » La veille, un juge de la Cour supérieure avait accordé l’exemption constitutionnelle qui permettait à « A. B. » de surseoir aux dispositions du Code criminel interdisant l’aide médicale à mourir. Le patient ontarien, dont on ne peut révéler l’identité, souffrait d’un cancer incurable et douloureux.»
 
Mon commentaire fut : Touchant. Touché. « Notre bien-aimé mari, père et grand-père est décédé paisiblement et dans la dignité, avec l’aide de ses bienveillants médecins, a écrit la famille dans un communiqué. C’était sa vie et son choix, et nous l’appuyons inconditionnellement dans ce choix. » Gratitude à vous tous!

De ce que des gens qui ont vécu ce processus de fin de vie me disent, cela se passe bien, tout étant facilitant, facilité et respectueux surtout. C'est comme si la dignité dans le mourir passait par le libre-choix et par le grand respect des soignants et des proches. Le respect ultime, quoi.
 



Par Yvon Bureau le 2016-03-21 à 15:29:10

John Hofsess. Une réflexion --- 16-3-2016---

Dans les années '90, j’ai connu cette personne de Vancouver. Journaliste, il a été envoyé sur un lieu de suicide. Un couple très âgé, malade, au bout de leur vie et voulant mourir ensemble, n’ayant pu avoir l’aide médicale pour le faire, s’est attaché ensemble et s’est tiré en bas du 31e étage … Bouleversé au plus haut point, il s’est investi à fond dans la promotion du mourir plus digne et plus humain. Il a créé un groupe de militants. Il a créé «Last Rights Publications» … Plus tard il a même fait la promotion des outils nécessaires pour le Do-It-Yourself, inspiré par le médecin australien Philip Nitschke.
 
Fait très intéressant, qui justifie le commentaire de ce jour. John, très malade, dernièrement, a été terminer sa vie en Suisse, par un suicide assisté, humainement bien accompagné. Il a affirmé que le mourir assisté et accompagné par des gens de compassion est tellement préférable au suicide Faites-le-vous-mêmes, avec des moyens efficaces proposés.
 
Cela m’encourage à promouvoir un mourir de compassion et de solidarisé, médical et bien encadré, légal, faisant partie des soins de fin de vie personnalisés et appropriés.
 
Salut, John, amicalement et humainement, et en gratitude pour ton implication, même si différente de la mienne dans l’ordre des moyens.
 



Par Yvon Bureau le 2016-03-16 à 16:25:25

AMM dans les DMA / Le CMDL appuie

http://www.ledevoir.com/politique/canada/464659/aide-a-mourir-ottawa-doit-autoriser-le-consentement-anticipe-selon-deux-groupes?utm_source=infolettre-2016-03-04-15h&utm_medium=email&utm_campaign=alertes-personnalisees

AIDE A MOURIR
Ottawa doit autoriser le consentement anticipé, selon deux groupes
4 mars 2016 15h49 |La Presse canadienne | Canada

Le Collectif Mourir digne et libre appuie intensément la position et les recommandations de ces deux groupes. Cette demande est d’une grande cohérence et d’une imposante logique avec les droits de la personne éclairée, responsable et libre.
 
Notre espoir.  Que la demande de l'AMM soit incluse dans les Directives médicales anticipées. Pour plus de sérénité chez les personnes atteintes de certaines maladies de l’oubliance. Pour moins de suicide, avec les impacts nombreux et négatifs sur les proches et sur les soignants que nous lui reconnaissons. Cette recommandation est largement acceptée par la société comme elle l’était lors de la Commission sur la question de mourir dans la dignité. Bien sûr que le travail interdisciplinaire sera des plus nécessaires, car ce mourir étant plus complexe.
 
Il avait été convenu que ce sujet serait à l’Ordre du jour, en premier lieu, lors des travaux de la Commission permanente sur les soins de fin de vie. Attendons le début de ses travaux.

www.planificationdessoins.org  Institut de planification des soins
http://www.aqdmd.qc.ca/ Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité
http://www.collectifmourirdigneetlibre.org/blog.php

 



Par Yvon Bureau le 2016-03-04 à 22:38:09

AMAM : la première Canadienne hors Québec ---2-3-2016

Une femme de Calgary atteinte de la maladie de Lou Gehrig s'est prévalue de son droit à l'aide médicale à mourir. Elle est décédée à Vancouver, entourée de sa famille, avec l'assistance de deux médecins britanno-colombiens qui ont accepté de l'aider.
http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/2016/03/02/001-aide-medicale-mourir-alberta-calgary-colombie-britannique.shtml  

Avec enfin une bonne photo (pas celle d’une seringue) :

 



Par Yvon Bureau le 2016-03-04 à 17:00:48

Claude Castonguay a raison ---1-3-2016---

http://plus.lapresse.ca/screens/dc3116ed-0f33-4c2a-9d83-0a2a66ccf16a%7C_0.html
Dans La Presse+, il titre son article sur le testament biologique Des drames évitables. J’ai envoyé ce commentaire.
 

Que M. Castonguay a raison ! Nous avons la responsabilité d'écrire notre "testament biologique". J'ai introduit cet outil d'expression au Québec en 1985. Il est devenu Testament de vie, Testament de fin de vie, Volontés de fin de vie, Directives anticipées de fin de vie et aussi Directives médicales anticipées. Voilà l'évolution d'une terminologie qui en dit long et surtout très bon! Même inapte, la personne en fin de vie sera encore au centre et au cœur des décisions la concernant au plus haut point. Que de drames seront évités et que de qualité de vie sera bonifiée.
 
 
 



Par Yvon Bureau le 2016-03-02 à 21:04:14

Précipiter ou ne pas précipiter, c’est la question ! ---29-2-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/464206/aide-medicale-a-mourir-ne-rien-precipiter
AIDE MEDICALE A MOURIR / Ne rien précipiter / 29 février 2016 |Manon Cornellier | Canada

Et mon commentaire : Tout précipiter sur chaque personne en fin de vie, sur ses valeurs, sur sa conscience, sur le sens qu'elle donne à la fin de sa vie, sur sa dignité, sur son intégrité, sur sa confidentialité, sur son libre choix. Bref, sur son seul intérêt. Dieu, Diable et Néant savent que nombreux sont les intérêts, soit nobles soit ignobles, lors d'une fin de vie.

Cela dit et redit, il est rassurant de savoir que la ministre de la Justice, après consultation sur le Rapport du Comité mixte et auprès des meilleurs juristes experts, pourra présenter rapidement un projet de loi. Place sera à la discussion et aux recommandations des personnes et groupes concernés par le mourir plus digne, serein, libre, bref, plus humain.

Mon espoir. Que les ministres de la Santé des provinces et des territoires, réunis prochainement, recommandent unanimement que la demande de l'AMAM soit incluse dans les Directives médicales anticipées. Pour plus de sérénité chez les personnes atteintes de certaines maladies de l’oubliance. Pour moins de suicide, avec les impacts nombreux et négatifs sur les proches et les soignants que nous lui reconnaissons. Cette recommandation est largement acceptée par la société comme elle l’était lors de la Commission sur la question de mourir dans la dignité. Bien sûr que le travail interdisciplinaire sera des plus nécessaires, car ce mourir étant plus complexe.

Bien certain, madame Cornellier, ne rien précipiter est plein de sagesse. D'un autre côté, agir avec énergie et avec concertation, avec le temps alloué, sur le projet de loi, pensant aux 250 000 canadiens qui meurent annuellement au Canada, contient aussi sa part de sagesse et de compassion.

Autre espoir. Que soit évité un combat fédéral-provincial-territoirial sur le dos des mourants, sur les lits des terminants de la vie, dans la chambre des personnes en mourance et en partance. Dignité et noblesse exigent.

Un petit espoir: que les évêques se souviennent qu’ils sont dans l’Année de la miséricorde!



Par Yvon Bureau le 2016-03-01 à 23:05:41

Voici le Rapport du CMS sur AMAM --25-2-2016

http://www.parl.gc.ca/Content/HOC/Committee/421/PDAM/Reports/RP8120006/421_PDAM_Rpt01_PDF/421_PDAM_Rpt01-f.pdf

http://www.parl.gc.ca/Content/HOC/Committee/421/PDAM/Reports/RP8120006/421_PDAM_Rpt01_PDF/421_PDAM_Rpt01-e.pdf  ((English)

L'AIDE MÉDICALE À MOURIR: UNE APPROCHE CENTRÉE SUR LE PATIENT

Rapport du Comité mixte spécial sur l’aide médicale à mourir

Les coprésidents L’hon. Kelvin Kenneth Ogilvie et Robert Oliphant

FÉVRIER 2016        42e LÉGISLATURE, 1re SESSION

Cliquez sur le lien ci-haut pour lire ce rapport



Par Yvon Bureau le 2016-02-25 à 22:56:08

Demain, déjà le rapport du CM sur AMAM --- 24-2-2016

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201602/24/01-4954261-aide-a-mourir-le-comite-de-senateurs-et-deputes-depose-son-rapport.php  
 
«Le comité qui s'est penché sur l'aide médicale à mourir, à Ottawa, livrera jeudi matin des recommandations qui plairont à la «majorité des Canadiens», de l'avis du président de ce comité. Pourtant, il y aura rapport dissident, signé par les députés conservateurs.» …
Le rapport principal, lui, aura pour titre «Aide médicale à mourir: une approche centrée sur le patient», selon ce qu'a appris La Presse Canadienne. Et le fruit de toutes ces réflexions ne couvrirait que 25 pages. » …
Avec un tel titre, ce rapport promet.  Cela rejoint l’esprit des soins de fin de vie personnalisés et appropriées, centrés sur chaque personne en fin de vie, sur ses valeurs, sur sa conscience, sur son intégrité, sur sa dignité, sur son libre-choix.
 



Par Yvon Bureau le 2016-02-25 à 01:37:52

Rapport du Comité mixte fédéral AMAM le 27-2-2016

C’est vendredi prochain que le Comité mixte sur l’Aide médicale à mourir remettra au Gouvernement libéral du Canada son rapport concernant le cadre légal devant respecter le Jugement unanime de la CSC du 6 février 2015. Hâte.
 
Le 20 février, on a appris que le vote pourrait être libre, au Parlement. 
http://www.ledevoir.com/politique/canada/463552/aide-a-mourir-peut-etre-un-vote-libre-a-ottawa
 
Voici le commentaire à cet article du Le Devoir : Le vote sera restreint et
sera simple, car il portera principalement sur les amendements au Code criminel et à la Charte, en cohérence et en respect de la décision unanime de la CSC du 6 février 2015, portant sur l'aide médicale à mourir. Ce sera un vote de cohérence et de respect, simplement mais vraiment.

Ce ne sera pas un vote sur l'Aide médicale à mourir, sur si on est pour ou contre l'AMAM. Espérons que tout cela est et sera clair et sans équivoque chez les farouches opposants à l'AMAM, peu nombreux mais très actifs. Ceux-là doivent savoir que la grande majorité des personnes canadiennes sont favorables à l'AMAM, bien balisée et sécuritaire.

Mon souhait le plus profond : que le Comité mixte recommande unanimement, comme aide médicale à mourir, que seul le médecin apporte les médicaments appropriés, se joigne plein de compassion au finissant de la vie, à ses soignants et à ses proches choisis, confirme une dernière fois chez le mourant sa volonté explicite de terminer son agonie et sa vie, administre les médicaments appropriés, constate le décès, débute solidairement le processus du deuil avec les personnes en place… Ainsi serait rejeté le modèle de certains états américains où le médecin peut prescrire de médicaments finaux à une personne à qui il ne reste que 6 mois et moins à vivre.

Bref, amendons au plus tôt Code criminel et Charte. Et passons à la Santé, de juridiction exclusive des Provinces et des Territoires. Que ce soit le sujet le plus à l’Ordre du jour de la prochaine rencontre des ministres de la Santé des provinces et des territoires. Bien des sujets possibles. Reconnaitre l’AMAM comme un soin approprié et personnalisé. Entente sur l’insertion de la demande d’AMAM dans les Directives médicales –anticipées-- (80% y seraient d’accord). Le travail interdisciplinaire nécessaire lors des mourirs complexes. Les 14-18 ans …
______________
Voici un article paru dans The Globe and Mail de ce 23 février : http://www.theglobeandmail.com/opinion/whats-so-difficult-about-the-right-to-die/article28844606/   Intéressant.

 Reste à attendre le Rapport, le travail des experts juristes, le projet de loi.

 



Par Yvon Bureau le 2016-02-24 à 00:14:41

Une phrase inspirante --- 15-2-2016

«On pense que ce sont les vivants qui ferment les yeux des mourants, mais ce sont les mourants qui ouvrent les yeux des vivants

Voilà ce qu'un citoyen de Grenoble aurait dit, après avoir accompagné sa femme pendant deux ans ... 



Par Yvon Bureau le 2016-02-15 à 21:38:06

Témoignages remarquables --- La Presse+ --- 14-2-2016

http://plus.lapresse.ca/screens/616201d8-a956-42c2-8bc0-894b5cbcc6a9%7C_0.html
 
Allez sur ce lien. Découvrez, à travers ces témoignages de grande valeur,
qu’il est fort approprié et nécessaire de continuer notre engagement
pour un mourir plus libre, plus digne, plus sensé, plus serein, bref, plus humain.

Suite à http://plus.lapresse.ca/screens/75860bd5-8efd-4b5d-b94f-f59e1ba69e78%7C_0.html La fin qui ne vient pas, 7-2-2016 La Presse+ 
 
 



Par Yvon Bureau le 2016-02-16 à 14:13:25

De Pro-vie à Pro-Personne vivante et libre --- 13-2-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/462929/aide-a-mourir-trudeau-impose-et-decoit
AIDE À MOURIR / Trudeau impose et déçoit
Le caucus libéral devra voter selon la ligne de parti
13 février 2016 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada

Et mon commentaire : Pro-Personne vivante et libre

Monsieur Deltell, mon député, que vous avez raison d'inviter les gens à ne pas faire de p'tite politique dans le dossier des soins de fin de vie. Comble de paradoxe, c'est comme si depuis le début du Comité mixte vous êtes le seul à en faire.

Autre point, mon député, quand vous parlez des 22 députés qui ont voté contre le PL52, allez au bout de votre honnêteté en disant que 94 ont voté Pour et 9 députés étaient absents. Statistiques complètes honorent mieux la vérité et le réel.

Monsieur Deltell, le contexte du travail du Comité mixte sur l'aide médicale à mourir et le contexte de la Commission sur la question de mourir dans la dignité ne sont absolument pas les mêmes. Cela, dans l'univers de l'honnêteté intellectuelle à son meilleur, c'est important.

J'aime bien ce passage : «« En bout de piste, la Cour suprême a désigné l’aide à mourir comme un droit et nous voterons toujours de manière à protéger les droits garantis par la Charte », a déclaré M. Leblanc.»» À droits nouveaux chez les finissants de la vie obligations nouvelles chez les soignants et chez les établissements de soins.

Que le travail des membres du Comité mixte sur AMAM apporte les éclairages nécessaires pour permettre au Code criminel et à la Charte des changements appropriés et respectueux du Jugement de la CSC du 6-2-2015.

Que les membres pro-vie du Comité mixte se définissent d'abord et avant tout comme des députés Pro-personne vivante éclairée et libre. Ce serait davantage respecter le vivant et même la Vie.

J'adore+++ la photo, La photo. C'est à l'Assemblée nationale le 22 mai 2014. L'ANQ vient de décider que le vote aurait lieu sur le PL52, tel qu'écrit et adopté avant le déclenchement des élections, sans amendement. Un grand moment de vie parlementaire. Regardons la droiture de corps fière de madame Hivon et l'humilité audacieuse et créatrice de monsieur Barrette. Naitra ainsi la Loi Barrette-Hivon le 5 juin 2014. Cette photo, c'est La photo. C'est Ma photo.



Par Yvon Bureau le 2016-02-14 à 01:52:09

Une Lettre ouverte intéressante de DWDC --- 8-2-2016

http://www.dyingwithdignity.ca/superior_court_open_letter 
Open letter: Provincial superior courts must consider compassion during extension period
J’aime bien cette lettre qui invite l’Ontario à davantage de compassion  dans les 4 prochains mois.
J’aime aussi lorsque cet organisme demande la reconnaissance de l’AMAM comme un soin de fin de vie. Encourgeant.
 



Par Yvon Bureau le 2016-02-11 à 22:12:24

CSC et AMAM : 1e anniversaire --- 6-2-2016

Mourir mieux
 
1e anniversaire, en ce 6 février, du Jugement unanime de la Cour suprême du Canada sur l'aide médicale à mourir.
 
Comment ne pas souligner cet événement, ce tsunami comme disait le sociologue Jacques Roy ! Comment ne pas ressentir la continuité d'un grand changement de société : nous ne mourrons plus de la même manière, nous mourrons de plus en plus en cohérence avec nos valeurs, avec nos croyances, avec nos libertés. Bref, le  mourir sera de plus en plus personnalisé.
 
En plus, personne, surtout en fin de vie, ne sera obligé de vivre à tout prix.
 
Il est à espérer que les réseaux des Soins palliatifs et que les différentes Sociétés concernées par la fin de la vie fassent preuve enfin davantage d'ouverture et d'inclusivité. Aux nouveaux droits des personnes en fin ou à la fin de leur vie s'ajoutent de nouvelles obligations pour les soignants et pour leurs établissements de soins.
 
Merci à la CSC pour son Jugement du 6-2-2015. Maintenant, que nos Parlements prennent leurs responsabilités et qu'ils créent les lois dont les finissants de la vie ont besoin pour plus de dignité, pour plus de respect et pour davantage de sérénité.
 



Par Yvon Bureau le 2016-02-06 à 17:15:54

AMAM et les mineurs --- 4-2-2016

http://www.ledevoir.com/politique/canada/462085/pas-d-aide-a-mourir-pour-les-mineurs

Pas d’aide à mourir pour les mineurs / En commission parlementaire, les pédiatres canadiens expriment leurs réticences
4 février 2016 | Hélène Buzzetti 

Et mon commentaire est :

Le plus important, c'est que
toute personne en fin de vie puisse avoir un mourir avec le moins de douleurs et le moins de souffrances possible. Sédation continue si nécessaire.

La sagesse clinique invite à un travail interdisciplinaire des plus intenses lors des cas les plus complexes tout comme lors des conflits d'intérêts. Ces intérêts sont souvent très nobles, parfois ignobles.

L'expérience clinique invite à garder à une très bonne distance les apôtres du mourir infini naturel, promoteurs de la vie à tout prix.

Le Comité devrait recevoir l'OTSTCFQ. Cet Ordre professionnel québécois, lors de la Commission sur la question de mourir dans la dignité et le Projet de loi 52, a produit audacieusement des mémoires les plus humains et les plus compatissants pour tous.

Quant au «rien n’empêche le législateur d’aller plus loin», cela me semble aller de soi. Espérant cette fois que ce sera à nos Parlements d'adopter les lois appropriées.

Bon de rappeler que la Santé est de juridiction exclusive des Provinces et des Territoires.

Une hâte : des projets d'amendements des articles du Code criminel.



Par Yvon Bureau le 2016-02-05 à 15:04:22

Pour le consentement préalable --- 1-2-2016

Des arguments pour le consentement préalable sont présentés au comité

http://www.ledevoir.com/societe/sante/461775/aide-a-mourir-des-arguments-pour-le-consentement-prealable-sont-presentes-au-comite?utm_source=infolettre-2016-02-01-15h&utm_medium=email&utm_campaign=alertes-personnalisees

Mon commentaire : Merci au Comité. Encourageant.

«Si ce droit n’était pas accordé, ont-ils dit, il y aurait injustice. » Pire. Cela pourrait faire augmenter significativement le nombre des suicides chez bien des personnes en début de ces pénibles maladies. Pire aussi, cela pourrait faire augmenter le nombre de meurtres par compassion, avec ou sans entente avec proches et amis.

Bien sûr que le respect de telles DMA serait entouré par le travail interdisciplinaire; il permettrait de voir si on est dans l'univers du sensé, de l'intérêt de la personne en fin de vie ou à la fin de la vie. Cela serait beaucoup plus complexe que lorsque la personne est apte à consentir ou à refuser. Un défi clinique et humain à relever avec sagesse et gros bon sens.

Les DMA seront plus opérationnelles et significatives si elles sont soutenues par la présence des mandataires désignés.

Heureux que la Société Alzheimer du Canada exprime une ouverture sage et de compassion, avec des réserves. Il est certain que plus les directives sont signées, resignées, reresignées, mises à jour, remises à jour, plus elles auront une force d'affirmation. Bref, les DMA sont des processus dynamiques et bien vivants.

Bon de nous rappeler que le droit à la vie n'apporte plus, après le Jugement de la CSC, l'obligation de vivre à tout prix.

Nécessaire de nous rappeler que les DMA seront de juridiction des Provinces et des Territoires vs leurs systèmes de Santé.

Hâte de constater la reconnaissance de l'AMAM comme un soin de fin de vie approprié et personnalisé.

Hâte de voir reconnue l'approche Présence du médecin avant-pendant-après l'AMAM.



Par Yvon Bureau le 2016-02-02 à 01:32:58

MD avec obligation de rediriger --- Et encourageant ---28-1-2016

Les médecins demandent le droit de refuser sans rediriger / Le Devoir

http://www.ledevoir.com/politique/canada/461420/aide-a-mourir-les-medecins-demandent-le-droit-de-refuser-sans-rediriger   Et Notre commentaire :

Encourageant+++
La Loi devrait, comme au Québec, obliger le médecin à rediriger. Respect de la personne en fin de vie jusqu'à sa fin oblige!

Cet article est encourageant. De plus en plus les personnes en fin de vie seront éclairées et libres face aux traitements et face à l'accompagnement de fin de vie. Encourageant aussi le fait de savoir que la très grande majorité des médecins et des soignants se centreront sur le seul intérêt de la personne en fin de vie, sur ses valeurs, sur sa conscience, sur sa liberté de choix. Encourageant tout cela, car ça va augmenter la sérénité chez les patients, bonifier chez les soignants la paix clinique, diminuer le nombre des suicides et des aides au suicide et des meurtres par compassion, apporter un mieux-être dans les établissements de soins.

Une énorme conviction : est très porteur de meilleur chez les soignants le fait de parler des soins de fin de vie appropriés, personnalisés+++, proportionnés. Les décisions vont plus facilement de soi, et pour le meilleur.



Par Yvon Bureau le 2016-01-29 à 13:22:03

Ça bouge à Ottawa. Tant mieux ! --- 25 au 28-1-2016

C’est encourageant que le Barreau, par Jean-Pierre Ménard, fut le premier intervenant à témoigner au Comité mixte sur l’AMAM, lundi le 25 janvier.
http://www.ledevoir.com/politique/canada/461142/le-barreau-conseille-une-consultation-des-provinces-avant-une-loi-federale?utm_source=infolettre-2016-01-25-15h&utm_medium=email&utm_campaign=alertes-personnalisees
 
Encourageant aussi de savoir que «Les médecins en Ontario pourront fournir une aide médicale à mourir aux patients admissibles au Canada, qui ont droit aux soins de santé financés par l'État, et ce, avant l'élaboration par le gouvernement fédéral d'une nouvelle loi sur la pratique. http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/2016/01/26/015-aide-medicale-mourir-directives.shtml
 
Certains invitent à ne pas trop vouloir une uniformité. http://www.ledevoir.com/politique/canada/461202/aide-medicale-a-mourir-attention-a-l-uniformite   Faut d’abord répondre à la demande de la CSC. Et rien n’empêchera aussi les ministres de la Santé des Provinces et des Territoires d’aller plus loin. Notre Collectif espère qu’ensemble ils rendront possible l’insertion de la demande d’une AMAM dans les directives médicales anticipées. Ainsi diminuera fortement le nombre des suicides.
 
Il a été question de l’accessibilité à l’AMAM chez les mineurs. Trop tôt, selon nous, pour ce questionnement.  http://www.ledevoir.com/politique/canada/461299/l-aide-medicale-a-mourir-pour-les-mineurs-aussi    Depuis longtemps, l’Ordre des TSTCFQ est en faveur d'un mourir le moins douloureux possible, le plus digne possible, le plus serein possible, le plus libre possible, bref le plus humain possible, peu importe l’âge. Intéressant


Pour le moment, notre Collectif voit 3 urgences pour le Comité mixte.

Il urge que le Comité mixte mettre de côté, au plus tôt et sans équivoque, l'approche de l'Oregon et de d'autres États vs le suicide médicalement assisté. Dans ces États, toute personne avec un pronostic de moins de six mois à vivre, peut demander et recevoir d'un médecin la prescription de médicaments à prendre pour mettre fin à ses jours. Le Comité doit rejeter clairement cette approche.
Il urge que ce Comité recommande, pour une personne en fin de vie ou à la fin de sa vie demandant une aide pour mourir, que cette aide soit uniquement médicale, pratiquée dans un cadre sécuritaire et contrôlable, faisant partie des soins de fin de vie, le médecin œuvrant en interdisciplinarité. Ainsi c’est le médecin qui apportera les médicaments appropriés, les administrera; ainsi il sera présent avant-pendant-après l’AMAM. Il sera accompagné par les professionnels et les proches choisis par le finissant de la vie.
Il urge que le Comité reconnaisse l’AMAM comme un soin approprié et personnalisé de fin de vie.

 



Par Yvon Bureau le 2016-01-28 à 15:31:49

Lettre envoyée au député PC Gérard Deltell ---21-1-2016

Gérard, mon député,
Le Québec a pris 6 ans pour réfléchir sur les soins de fin de vie. Soit. 
 
Maintenant, le Contexte est totalement différent. Le jugement de la CSC du 6-2-2015. La Loi du Québec concernant les soins de fin de vie est en marche, et ça va bien.
 
En ce qui regarde l’AMAM, le Comité mixte n’est pas là pour consulter la population canadienne sur ce sujet,  mais sur comment trouver un cadre légal pour permettre la mise en application du Jugement CSC/6-2-2015.
 
Selon mes connaissances, la population canadienne serait en accord avec AMAM à près de 80%.
 
Si votre conscience ne vous permet pas de participer à ce Comité, retirez-vous. Simplement.
 
Une hypothèse : En une journée, des experts juristes pourraient vous suggérer, à vous et à votre Comité mixte, des propositions d’amendements au Code criminel et à la Charte pour être conforme au Jugement CSC/6-2-2015
 
Fructueux travail au Comité mixte spécial sur AMAM.
 



Par Yvon Bureau le 2016-01-21 à 17:34:17

AMAM à l’Ordre de ce jour! --- 21-1-2016

La ministre fédérale de la Justice Wilson-Raybould est à Québec aujourd'hui pour rencontrer ses homologues canadiens et discuter de certains enjeux, dont l'aide médicale à mourir.
 
Aujourd’hui aussi,  cette question est aussi à l'ordre du jour de la réunion des ministres de la Santé à Vancouver.
 
Hier, d’après les commentaires de notre ministre de la Santé au bulletin de nouvelles, les ministres de la Santé sont ouverts et de bonne volonté devant l’arrivée de l’AMAM dans les soins de fin de vie.
 



Par Yvon Bureau le 2016-01-21 à 16:34:42

Rapport Chochinov-Frazee-Pelletier disponible ---18-1-2016

 

Le gouvernement fédéral publie le rapport du Comité externe sur les options de réponse législative à Carter c. Canada
Le Comité était composé de trois membres. Harvey Max Chochinov,  président, Catherine Frazee et Benoît Pelletier, 
http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?mthd=index&crtr.page=1&nid=1028249

Consultations sur l'aide médicale à mourir - Résumé des résultats et des principales constatations http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/autre-other/amm-pad/index.html
Table des matières : http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/autre-other/amm-pad/tdm-toc.html

Comité mixte spécial sur l’aide médicale à mourir : http://www.parl.gc.ca/Committees/fr/PDAM
Les coprésidents sont : le sénateur Kelvin Kenneth Ogilvie et le libéral  Robert Oliphant
 
Note : La table des matières semble très riche en information. À lire.



Par Yvon Bureau le 2016-01-20 à 22:23:09

Prolonger la vie à tout prix? --- 18-1-2016

Le 9 janvier dernier, nombreuses et négatives furent très majoritairement les réactions à l’article du Dr Serge Daneault * «L’objection d’âme et de conscience/Le Devoir» et La Presse+/Laissons tomber les masque». J’ai fait un commentaire intense à ce texte dans Le Devoir.

Le 18 janvier, dans Le Devoir Hélène Bolduc, ex-présidente et fondatrice de l’AQDMD, réagit à raison avec son article dans Le Devoir «Prolonger la vie à tout prix?» Intéressant.
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/460474/prolonger-la-vie-a-tout-prix

J’y ai ajouté le commentaire que voici :
Beaucoup d'espoir
Je tiens, madame Bolduc, à vous exprimer toute ma gratitude pour les nombreuses et intenses énergies que vous avez consacrées pour la Cause du mourir plus digne, plus libre, plus humain. De plus en plus, il sera possible et permis à une personne en fin de vie de demander et de recevoir une aide médicale à mourir, si nécessaire, si librement choisie, respectant un cadre balisé et sécuritaire.

Devant le peu de hauteur et la faiblesse des propos bas, anémiques, biaisés et démagogiques de Serge Daneault, vous avez raison de réagir. La grande majorité des commentaires furent nombreux et négatifs. Ce médecin manque d'ouverture, de compassion et d'humilité, Il n'a pas encore compris la beauté et la profondeur de l'autorité de service, navigant dans l'autorité de domination. Dans un autre journal, il titre ses propos «Laissons tomber les masques»; j'hypothèse que c'est de lui dont il parlait...; attendons. Les apôtres du mourir infini naturel ont perdu l'écoute. Nous passons de Promouvoir la vie jusqu’au bout à Promouvoir le respect de chaque personne vivante éclairée et libre en fin de vie jusqu’à sa fin. Quel passage porteur d'espoir.

Ces jours qui suivent invitent à l'espoir. Notre Loi sur les soins de fin de vie peut s’appliquer intégralement, sans ambigüité et sans équivoque, en paix, quoi ! La CSC a accordé 4 mois au Fédéral pour établir le cadre légal pour respecter son jugement du 6 février dernier. Le dossier de l'AMAM sera clos avant la fin de la session prochaine. La Commission permanente québécoise concernant les soins de fin de vie a ses membres et se réunira bientôt; du travail sur la planche, dont les impacts du Jugement de la CSC, dont l'intégration de la demande de l'AMAM dans les directives médicales anticipée. Début ce lundi des travaux du comité mixte fédéral, non sur l'AMAM, mais sur son cadre légal optimal.

Espoirant :il y a ceci dans le Jugement de la CSC. Le droit à la vie n'imposera plus l'obligation de vie à tout prix.
___________________________________
S. Daneault :   http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/459777/aide-medicale-a-mourir-l-objection-d-ame-et-de-conscience



Par Yvon Bureau le 2016-01-20 à 16:31:32

CSC/AMAM Très bonne nouvelle ---15-1-2016--- 15H00

La Cour suprême du Canada donne, non 6 mois tels que demandés, mais 4 mois supplémentaires au Parlement pour trouver un cadre légal à l’aide médicale à mourir.
De quoi nous réjouir. Ce cadre sera donc trouvé avant la fin de la session parlementaire qui doit se terminer le 24 juin. C’était là notre espoir.
 
http://www.ledevoir.com/politique/canada/460360/aide-a-mourir-la-cour-supreme-accorde-une-extension-de-4-mois-a-ottawa?utm_source=infolettre-2016-01-15-16h&utm_medium=email&utm_campaign=alertes-personnalisees
 
Bien plus, «Au Québec, la loi provinciale continuera de s'appliquer. … Ces mêmes cinq juges donnent raison au Québec, qui demandait d'être exempté d'un éventuel sursis. Ainsi donc, en territoire québécois, c'est comme si le jugement de la Cour suprême s'applique déjà». Quelle sérénité enfin s’installera dans l’application de notre loi québécoise ! Enfin !
 
Et, par compassion, en plus, «La majorité de juges (5/4) tranche enfin que pendant les quatre mois de sursis, les malades qui désirent mourir et qui estiment se qualifier aux normes établies par la Cour suprême pourront s'adresser à la Cour supérieure de leur province pour demander une dérogation» …«Le jugement est cependant divisé. Les quatre autres juges accorderaient eux aussi la prolongation de délai, mais n'accorderaient pas d'exemptions individuelles aux malades, pas plus qu'ils n'en accorderaient une au Québec.»
 
Autres liens : http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2016/01/20160115-151106.html
 
http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201601/15/01-4940246-aide-medicale-a-mourir-ottawa-obtient-une-extension-de-4-mois.php
 
Le gouvernement fédéral a constitué un comité formé de 5 sénateurs et de 11 députés chargés de se pencher sur la question et de présenter des recommandations d'ici le 26 février.
 
Bref, c’est un bon et généreux vendredi 15 janvier 2016 !

 



Par Yvon Bureau le 2016-01-15 à 23:47:50

Attendons la réponse de la CSC ---11-1-2016 21H00

Ce matin, la CSC a entendu le Fédéral, le Québec et L'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique plaider sur la demande d’un délai de six mois afin de donner un cadre légal canadien pour l’aide médicale à mourir.
 
Sommes encore en attente de leur décision.
 
Notre Collectif espère qu’un bref délai sera accordé, pas celui de 6 mois, trop long.  Nous espérons que le dossier de l’aide médicale à mourir, en cohérence avec la conclusion du jugement unanime de la CSC du 6 février dernier, se terminera et se fermera avant la fin de la prochaine session parlementaire.
 
Voici quelques liens :

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/201601/11/01-4938574-aide-medicale-a-mourir-la-cour-supreme-entend-ottawa.php
 http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2016/01/11/001-aide-medicale-mourir-wilson-raybould-ottawa-quebec-cour-supreme.shtml http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2016/01/20160110-221804.html
 http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/2015/12/14/009-aide-medicale-mourir-consultations-janvier.shtml
 http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/01/11/aide-mourir-cour-supreme_n_8954878.html
 http://www.cbc.ca/news/politics/doctor-assisted-dying-law-supreme-court-1.3398243
http://www.cbc.ca/news/politics/doctor-assisted-dying-law-supreme-court-1.3398243?autoplay=true

 



Par Yvon Bureau le 2016-01-12 à 13:48:41

L’Ontario consulte sur AMAM --- 7-1-2016 Encourageant

Aide médicale à mourir : l'Ontario prend le pouls de sa population
http://ici.radio-canada.ca/regions/ottawa/2016/01/07/005-consultation-publique-aide-medicale-a-mourir-ottawa-ontario.shtml
«En Ontario, la consultation publique sur l'aide médicale à mourir et les décisions de fin de vie s'arrête à Ottawa, jeudi soir, après avoir commencé son travail à Sudbury, mercredi.
La province, qui s'est inspirée des efforts du Québec à ce sujet, se déplacera dans neuf villes au cours du mois de janvier, dont Toronto et Kingston, pour prendre le pouls des citoyens. Le gouvernement avait annoncé le début de ce processus en décembre dernier, à la suite de la publication du rapport final d'un groupe consultatif d'experts. …»
« Les sondages qui ont été faits montrent qu'il y a plus de 75 % des Ontariens qui sont en faveur [de l'aide médicale à mourir] », souligne la procureure générale de l'Ontario, Madeleine Meilleur.»

Le travail de consultation en Ontario est remarquable et encourageant. Tout comme la grande majorité de la population ontarienne favorable à l’AMAM.
Pour en connaître davantage sur cette consultation, lisez l’article du 14 décembre dernier : L'Ontario ouvre la porte à l'aide médicale à mourir
http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/2015/12/14/009-aide-medicale-mourir-consultations-janvier.shtml  



Par Yvon Bureau le 2016-01-11 à 20:41:32

Plus de dignité et de sérénité en 2016 !

2016 devrait être une GRANDE année en ce qui ce qui regarde l’augmentation de la qualité de la fin de la vie, plus centrée sur le seul intérêt de la personne en fin de vie.
 
Notre Collectif, sans relâche, continuera à promouvoir
le respect de chaque personne éclairée et libre en fin de vie,
et cela jusqu’à sa fin.
 
Le Collectif fera tout pour que l’on puisse demander
dans ses Directives médicales anticipées l’Aide médicale à mourir.
 
Le Collectif souhaite une première Année fructueuse
à la Commission permanente sur les soins de fin de vie.
 
Le CMDL souhaite enfin au Gouvernement Trudeau  de donner aux personnes canadiennes
un cade légal approprié
pour respecter les décisions de la CSC en ce qui regarde l’aide médicale à mourir.
Le temps de la consultation est presque terminé.
Le temps des choix est arrivé. Le Canada est prêt.
Et tout cela avec le moins de délai possible !
 
 



Par Yvon Bureau le 2016-01-04 à 15:43:50

Sélection Reader’s Digest, janvier 2016

Aide à mourir : l’ultime décision, pp 62-71. 
Sylvie Coulombe, p. 68.  Ghislain Leblond et moi, p. 67.
Bonne lecture !
Note : Paru en décembre 2015, avant la Cour d’appel du Québec …

Un commentaire : «La philosophie des SP est de soutenir la vie jusqu’à la fin». p. 69
La philosophie des soins de fin de vie appropriés et personnalisés 
est de soutenir chaque personne éclairée et libre jusqu’à sa fin.
Voilà une terminologie qui en dit beaucoup.
 

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-27 à 13:14:26

Dr Saba, seul? --- 23-12-2015

http://www.journaldemontreal.com/2015/12/23/coalition-avec-un-seul-medecin-actif
Coalition avec un seul médecin actif ?
Le Dr Paul J. Saba dénonce la Loi concernant les soins de fin de vie, en vigueur depuis le 10 décembre
 
Kathryne Lamontagne / 23 décembre 2015 JdeQ, et 24-12-2015 JdeMtl 

«S’élevant haut et fort contre l’aide médicale à mourir à travers la voix du Dr Paul J. Saba, la Coalition des médecins pour la justice sociale n’aurait pratiquement que son président et porte-parole comme médecin actif dans ses rangs, a appris Le Journal. …»
…  À lire. Troublant. Surprenant ?
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-26 à 00:36:25

Me Jean-Pierre Ménard et CAQ, hier --- 23-12-2015

Vous trouverez dans cet article plein d’informations ainsi que le commentaire on ne peut pas plus clair.
MERCI Me Ménard. Toute notre gratitude !
http://www.vosdroitsensante.com/quoi-de-neuf/38/aide-medicale-a-mourir-la-cour-d-appel-renverse-le-jugement-de-premiere-instance

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-23 à 23:04:01

Voici des titres qui réjouissent, enfin ! --- 22 et 23-12-2015

Victoire juridique pour l’aide médicale à mourir

Victoire de Québec en Cour d’appel
 
Aide médicale à mourir: la Cour d'appel donne raison à Québec
 
Aide à mourir: la loi québécoise maintenue
 
La loi sur l’aide à mourir a le champ libre
 
La Cour d’appel annule l’injonction qui suspendait des articles clés
 
Aide médicale à mourir: la Cour d'appel donne raison à Québec
 
L'aide médicale à mourir peut suivre son cours, tranche la Cour d'appel du Québec
 
Aide médicale à mourir : Québec obtient gain de cause en Cour d'appel
 
Aide médicale à mourir: victoire de Québec en Cour d'appel
 
La Cour d'appel permet l'aide médicale à mourir
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-23 à 21:27:28

Voici un texte à lire+++ --- 23-12-2015

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/458681/feu-vert-a-l-aide-a-mourir
 
JUSTICE
La loi sur l’aide à mourir a le champ libre
La Cour d’appel annule l’injonction qui suspendait des articles clés
23 décembre 2015 |Marco Fortier | Québec
 
«La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, s’est réjouie de la décision de la Cour d’appel.»
À raison+++ ! Comme aussi bien d’autres parlementaires à qui nous adressons notre admiration et notre gratitude.
Fierté à notre ANQ ! Fierté au Québec qui a vécu un processus de consultation, de débat, de vote et de mise en application de notre Loi remarquée et remarquable
 
« source de sérénité pour les gens en fin de vie » : tellement vrai ! Source aussi de paix clinique, familiale, sociale et administrative.
 
«Nos sources indiquent que des patients québécois ont signalé leur intention de demander l’aide à mourir, depuis le 10 décembre.» Je confirme ; certains l’ont fait même par écrit et placée au dossier, et communiquée.
 
En ce temps des Fêtes et des vœux de paix, nous savons que pour plusieurs ce sera le dernier Noël. Nous savons que plusieurs se feront Cadeau ultime en manifestant leur affection, leur amitié, leur amour et leur gratitude.

La Gratitude, quel Cadeau !
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-23 à 20:25:56

Enfin+++ ! Notre Loi est en application intégralement --- 22-12-2015

«Les trois juges du plus haut tribunal québécois, à l'unanimité, ...  « Voici une décision claire et limpide» de dire V. Hivon.

Enfin, notre Loi est pleinement en vigueur, intégralement.

Fini le doute perturbateur de la sérénité chez les personnes en fin de vie et leurs proches, et perturbateur de la paix clinique et administrative chez les soignants et les directions de établissements de soins.

http://www.collectifmourirdigneetlibre.org/blog.php

Voici des liens et le lien de ce jugement de la Cour d'appel du Québec.

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201512/22/01-4933705-loi-sur-les-soins-de-fin-de-vie-la-cour-dappel-donne-raison-a-quebec.php
http://ici.radio-canada.ca/breve/39306/aide-medicale-a-mourir-quebec-obtient-gain-cause-e

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/22/003-cour-appel-quebec-aide-medicale-mourir.shtml

http://courdappelduquebec.ca/jugements/details/article/quebec-procureure-generale-c-damico/cont/News/action/detail/ 

Gratitude à notre Ministère de la Justice, à celui d'Ottawa, à notre MSSS, à madame Hivon, à M. Barrette, et aux juristes dévoués à la Cause Compassion-Solidarité.

Pour notre Collectif, c'est un grand jour de joie et de sérénité.



Par Yvon Bureau le 2015-12-22 à 16:30:00

Ce mardi : Bonne nouvelle espérée

http://www.ledevoir.com/societe/justice/458599/aide-medicale-a-mourir-la-cour-supreme-du-canada-entendra-ottawa-en-janvier
AIDE MEDICALE A MOURIR
La Cour suprême du Canada entendra Ottawa en janvier
21 décembre 2015 20h03 | Kristy Kirkup - La Presse canadienne à Ottawa

«La Cour d’appel doit rendre sa décision mardi matin.»
Hypothèse, selon toute logique : la Loi québécoise concernant les soins de fin de vie sera reconnue comme des plus valides et continuera d'être appliquée, en paix et en sérénité !
Enfin, au Québec et même à Ottawa se terminera cette épisode juridico-politique des plus pénibles, des plus tristes, et des très énergivores.

Pénibles pour les personnes en fin de vie, pour les professionnels et pour les proches concernés, pour les établissements de soins.

 Bien sûr que la proposition de la professeure de droit Jocelyn Downie doit être secondée au maximum. Le comité parlementaire mixte DOIT tenir compte et s'inspirer profondément «des consultations déjà menées à ce sujet au pays, notamment des rapports de la Société royale du Canada, de l’Assemblée nationale du Québec, d’un comité consultatif des provinces et territoires et d’un précédent comité fédéral, qui a remis un rapport de 134 pages aux ministres de la Justice et de la Santé.» Logique oblige! Nos taxes et nos impôts obligent aussi.
 

Autre source d’info :
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/21/001-cour-appel-decision-loi-soins-fin-vie-aide-medicale-mourir.shtml
Aide médicale à mourir : la Cour d'appel rendra sa décision demain matin
Mise à jour le lundi 21 décembre 2015 à 20 h 51 HNE
Radio-Canada avec La Presse Canadienne

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-22 à 04:11:11

Une bonne nouvelle, mais incomplète. Hâte ! --- 18-12-2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/18/002-cour-appel-aide-medicale-mourir-quebec-ottawa.shtml

AIDE MEDICALE A MOURIR
Québec continuera d'appliquer sa loi jusqu'à la décision de la Cour d'appel
18 décembre 2015 16h41 |Pierre Saint-Arnaud - La Presse canadienne

«La Loi sur les soins de fin de vie peut continuer à s’appliquer au Québec, du moins jusqu’à ce que la Cour d’appel rende sa décision sur un jugement déclaratoire qui avait eu pour effet d’en suspendre l’application.
Les trois juges du plus haut tribunal québécois ont en effet pris en délibéré leur décision, vendredi, après avoir entendu les arguments des parties au dossier. …»
 
«Fait à noter, le Procureur général du Canada a complètement renversé la position qu’il défendait sous le gouvernement Harper, se rangeant cette fois derrière le gouvernement du Québec en invoquant notamment les instructions données par Québec au Directeur des poursuites criminelles et pénales de ne poursuivre aucun médecin qui aurait fourni une aide médicale à mourir.».

Toute cette histoire juridico-politique a assez duré. Avons hâte que la Cour rende sa décision finale. C’est trop mêlant pour la population, trop difficile pour les personnes en fin de vie, trop diminueur de sérénité et de paix clinique.

SVP, chers juges, faites vite. Merci pour votre compréhension et pour votre célérité.



Par Yvon Bureau le 2015-12-19 à 13:47:48

Délai ou non-AMAM-Cour suprême, le 11-01-2106

AUDIENCES SUR L’AIDE MÉDICALE À MOURIR LE 11 JANVIER

La Cour suprême entendra la demande de prolongation du gouvernement fédéral le 11 janvier dans le dossier Carter sur l’aide médicale à mourir. En février, la Cour a invalidé la criminalisation de cette pratique dans certaines circonstances. Elle a suspendu cette déclaration d’invalidité pendant 12 mois pour donner le temps au gouvernement de l’encadrer. Ottawa réclame maintenant un délai supplémentaire de six mois. Pour l’instant, seuls le gouvernement fédéral et les appelants (des proches des victimes) sont autorisés à se présenter devant les juges. Des intervenants comme le gouvernement du Québec devront présenter une demande pour être entendus. Le procureur général du Canada s’est montré disposé dans ses procédures à la possibilité que la province soit exemptée de cette prolongation de délai. Par ailleurs, la Cour d’appel entendra aujourd’hui l’appel de Québec de la décision de la Cour supérieure, qui a ordonné récemment la suspension de dispositions jugées incompatibles avec le Code criminel dans la Loi concernant les soins de fin de vie. — Hugo de Grandpré, La Presse

Aussi : http://www.ledevoir.com/politique/canada/458361/aide-medicale-a-mourir-la-cour-prolonge-le-suspense



Par Yvon Bureau le 2015-12-18 à 15:22:30

Enfin, les membres de la Commission SFV --- 16-12-2015

http://www.premier-ministre.gouv.qc.ca/actualites/communiques/details.asp?idCommunique=2853

«Québec, le mercredi 16 décembre 2015 – Le Conseil des ministres a procédé aux nominations suivantes à sa séance d’aujourd’hui.

... Commission sur les soins de fin de vie

Mme Mireille Lavoie est nommée membre et désignée présidente de la Commission sur les soins de fin de vie.
Mme Josée Courchesne est nommée membre et désignée vice-présidente de cette commission.
Mmes Maryse Carignan, Marielle Philibert, Bilkis Vissandjée ainsi que MM. Pierre Deschamps, Richard Deschamps, Patrick Durivage, Jean Lambert, David Lussier et Robert Thiffault sont nommés membres de cette même commission.»

Enfin. C'est fait. Quant à la composition, nos commentaires suivront. Ce qui est certain, des propositions de bonification de la loi surviendront. À raison. La Loi date déjà ...!
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-17 à 11:10:13

«la loi sera en place en juin» --- 16-12-2015

http://www.ledevoir.com/politique/canada/458083/aide-medicale-a-mourir-la-loi-sera-en-place-en-juin
 
«Pas plus tard que la Saint-Jean-Baptiste. C’est l’horizon que se fixe le gouvernement de Justin Trudeau pour adopter sa future loi devant encadrer l’aide médicale à mourir.»
 
Pas d’accord. Nous croyons aussi que le Rapport fédéral Chochinov-Frasee-Pelletier soit disponible dès maintenant. Sa traduction n’est pas une excuse suffisante.
 
Voici notre commentaire à l’article : Rapport : disponible maintenant
«… Le Rapport Pelletier et autres, avant sa traduction, doit être disponible maintenant. Tout de suite, madame la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould. Aujourd'hui.

Monsieur Pelletier, merci pour votre travail et tout spécialement pour votre immense disponibilité, maintenant. Cela vous honore. Cela honore votre compassion, sachant que plus de 21 000 personnes canadiennes meurent à chaque mois, que plus d'un demi million de personnes canadiennes sont touchées par ces mourirs et par ces décès, sachant que des soignants et des établissements de soins aspirent à des décisions plus claires pour sortir de leurs impasses cliniques et administratives.

Monsieur LeBlanc, triste de vous décevoir, j'espère que la CSC n'accordera pas de délai. La Cour a sa fierté, sa cohérence et même son intelligence ! Si délai était, il ne devrait pas dépasser deux mois. Tiens, La Loi Compassion-Solidarité devrait être votée à Pâques. À Pâques! Ou avant. Entre temps, que Les Quinze disent quel plan il a et sur quoi précisément ils veulent consulter. Sur l'Aide médicale à mourir? Non. Sur le cadre légal, les amendements? Oui. »



Par Yvon Bureau le 2015-12-17 à 10:57:43

On en est où en ce lundi soir, le 15-12-2015, 21H12

«Ottawa pense toujours obtenir un sursis dans le dossier de l'aide médicale à mourir
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/12/15/001-aide-medicale-mourir-delai-cour-supreme-gouvernement-trudeau-leblanc.shtml
 Le gouvernement fédéral a bon espoir que la Cour suprême du Canada (CSC) lui accordera le délai supplémentaire qu'il réclame pour élaborer et faire adopter un projet de loi sur l'aide médicale à mourir. …»

Le Service de Ici Radio-Canada nous apprend davantage.
«Le leader du gouvernement en Chambre, Dominic LeBlanc, estime que les arguments mis de l'avant par Ottawa sont assez solides pour convaincre les magistrats du plus haut tribunal au pays d'accéder à la demande.»
Il dit ne pas avoir de Plan B. Un Comité mixte de 10 députés et de 5 sénateurs se met sur pied.

Et «Ce comité, dont faisait partie l'ancien ministre québécois Benoît Pelletier, a rendu mardi son rapport aux ministères de la Santé et de la Justice. Il doit être traduit et rendu public prochainement, a signalé un porte-parole du ministère de la Justice.»

Important : Nous croyons que ce Rapport doit être redu public dès maintenant.
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-17 à 10:52:25

Félicitations de DWD-Toronto---11-12-2015

Des félicitations : Reflections on Quebec’s historic day 
 http://www.dyingwithdignity.ca/reflections_on_quebec  Posted by David Amies 12-11-2015
In a special post for Dying With Dignity Canada's blog, Dr. David Amies offers his reflections as Quebec becomes the first province in Canada to offer compassionate choice to patients at end of life.
 
et les recommandation au Panel de l’Ontario sur AMAM
http://www.dyingwithdignity.ca/provincial_recommendations
Encourageant et fort supportant. Merci DWD. We work TOGETHER-ENSEMBLE
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-15 à 21:13:47

Une autre Bonne nouvelle : l'Ontario ... ---14-12-2015

L'Ontario ouvre la porte à l'aide médicale à mourir
Mise à jour le lundi 14 décembre 2015 à 17 h 10 HN

http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/2015/12/14/009-aide-medicale-mourir-consultations-janvier.shtml

«L'Ontario lancera des consultations publiques en janvier sur l'aide médicale à mourir, après la publication d'un rapport sur la question, lundi.

Un groupe consultatif d'experts conseille aux provinces et territoires de se préparer à mettre en œuvre ce type d'intervention depuis que la Cour suprême a invalidé en février la loi fédérale qui en interdit la pratique. ...»

Encourageant. D'autres nouvelles s'en viennent avant vendredi, jour où la Cour d'appel du Québec devrait ...


 



Par Yvon Bureau le 2015-12-15 à 01:56:30

Marie-Josée Gobeil, témoin à la Commission --- 10-12-2015

http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201512/10/01-4930086-aide-medicale-a-mourir-de-lemotion-pour-marie-josee-gobeil.php

Voici un ecexcellent et touchant écrit à lire.

Gratitude à vous et votre famille, Marie-Josée. Sept salutations et merci à votre maman.



Par Yvon Bureau le 2015-12-13 à 15:27:35

Parlant de film, Mourir debout, bientôt à l’écran

http://www.ledevoir.com/culture/cinema/457717/mourir-debout

Ce sera à voir, La dernière leçon.   Cemment terminer sa vie avant de mourir...
Lire le lien en attendant.

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-13 à 15:20:56

Maryse Gaudreault, 2e présidente de la Commission ---10-12-2015

C’est à lire et à regarder. Un article de Ici Radio-Canada
http://ici.radio-canada.ca/regions/ottawa/2015/12/10/005-aide-medicale-mourir-maryse-gaudreault-gatineau.shtml

Gratitude à la députée Gaudreault pour son travail remarquable à la CMDLD.

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-13 à 15:14:18

Tout va et tout ira bien pour notre Loi ---12-12-2015

Lisez ces trois articles et vous verrez. Chaque texte a reçu mon commentaire, bien sûr !

 http://www.ledevoir.com/politique/quebec/457845/aide-a-mourir-ottawa-se-rend-aux-arguments-de-quebec

AIDE A MOURIR
Ottawa se rend aux arguments de Québec
12 décembre 2015 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec _______________________________________________

http://www.ledevoir.com/politique/canada/457809/rapports-quebec-ottawa-nouvelle-ere
RAPPORTS QUEBEC-OTTAWA : Nouvelle ère?
12 décembre 2015 |Antoine Robitaille | Canada

________________________________
 http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/457792/le-vide-juridique-de-l-aide-medicale-a-mourir
Le vide juridique de l’aide médicale à mourir
Québec doit terminer ses devoirs
12 décembre 2015 | Michaël Lessard - Étudiant au Barreau du Québec | Éthique et religion



Par Yvon Bureau le 2015-12-13 à 02:44:05

Denys Arcand à Second regard RC ce dimanche

Lisez le texte qui suit en attendant cette émission,
qui arrive fort à point,
avec en lointain ce film qui arrivait fort à poing!

 http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/11/002-aide-medicale-mourir-euthanasie-denys-arcand-invasions-barbabres.shtml
 
Hâte de voir…

Confidence : Denys est venu chez moi il y a 25 ans; pour me consulter. J'ai eu le plaisir de le recevoir pendant plus de 4 heures. Ce fut un beau moment de vie... et de création lointaine !



Par Yvon Bureau le 2015-12-13 à 14:02:34

L’Ontario appuie Québec --- 11-12-2015 --- Important

http://www.ledevoir.com/politique/canada/457756/fin-de-vie-l-ontario-appuie-le-quebec
Fin de vie: l’Ontario appuie le Québec
11 décembre 2015 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa
 
«…Le Québec a maintenant un allié dans le dossier de l’aide médicale à mourir. L’Ontario suggère à la Cour suprême de lui permettre d’appliquer sa loi dès maintenant. Le Québec deviendrait une sorte de laboratoire qui aiderait ensuite Queen’s Park à concocter son propre encadrement juridique à la pratique…»
 
Supportant. Encourageant.  Merci à l’Ontario ! Bientôt l’appui de la Colombie-Britannique ?
 
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-12 à 15:44:07

Communiqué de presse --- OTSTCFQ ---10-12-2015

http://www.otstcfq.org/docs/default-source/communiqu%C3%A9s/communique-entree-vigueur-loi-soins-fin-de-vie.pdf?sfvrsn=2
 
L’aide médicale à mourir devient réalité au Québec dès aujourd’hui
 
En ce Jour 1 de notre Loi, nous tenons à remercier cet Ordre professionnel remarquable
pour son appui indéfectible à la Cause du Mourir plus digne, plus libre, plus serein, plus solidaire, plus de compassion, bref, plus humain, et cela depuis de très nombreuses années.

Parlant Ordres, tout notre GRATITUDE spécialement au CMQ et au Barreau du Québec.

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-11 à 12:53:06

La loi entre en vigueur aujourd’hui --- 10-12-2015 --- Enfin!

http://www.ledevoir.com/societe/justice/457594/aide-medicale-a-mourir-la-loi-entre-en-vigueur-aujourd-hui

Un excellent article du Le Devoir.  À lire+++
AIDE MEDICALE A MOURIR
 La Cour d’appel annule l’injonction et accepte d’entendre Québec
10 décembre 2015 | Isabelle Paré - Avec Marco Bélair-Cirino et Hélène Buzzetti

Et notre commentaire : Bienvenue à la Loi Barrette-Hivon !
Officiellement, la Loi 2, La Loi concernant les soins de fin de vie. Bienvenue! Sa venue est un bien! Bien plus, c'est un grand Plus dans l'univers des soins appropriés et personnalisés de fin de vie.

Cette Loi apportera des soins de fin de vie partout au Québec, en nombre suffisant. Ces soins sont désormais un droit. Ces soins incluent les soins palliatifs, la sédation palliative continue et l'aide médicale à mourir.

Quelle coïncidence! Ce droit nouveau s’applique dès aujourd’hui, en cette Journée internationale des droits de l’Homme.

Aujourd’hui, Jour 1 de cette Loi, c’est un Plus. Plus de dignité, plus de libre choix, plus de sérénité, plus de compassion, plus de solidarité, plus de respect de tout et chacun, plus de respect de la conscience de tous, plus de respect pour les valeurs de chacun, plus d’à l’aise chez les professionnels, plus de mieux être administratif dans les établissements de soins et plus de centration sur le seul intérêt de la personne en fin de vie.

Demain, il y aura un Moins. Moins de suicides. Moins d’aides au suicide. Moins de meurtres par compassion. Ça, socialement et familialement, c’est tellement tout un Plus!

En ce Jour 1, comment ne pas honorer les membres du Gouvernement qui ont créé unanimement la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité. Comment ne pas honorer les témoignages si touchants et si majeurs lors de cette Commission. Comment ne pas honorer le travail remarquable de cette Commission ainsi que son Rapport Mourir dans la dignité et ses 24 recommandations unanimes. Comment ne pas honorer le travail noble des corporations professionnelles et des organismes concernés. Comment ne pas honorer le débat sur le PL 52 et le vote très majoritaire du 5 juin 2014. Honneur à notre ANQ! Bref, en ce Jour, place à l’«honoration» !

En ce Jour 1, célébrons la dignité, la compassion, la solidarité, le respect, la noblesse et la liberté lors de la fin de vie! Ce Jour 1 est un jour plein de vie!



Par Yvon Bureau le 2015-12-11 à 12:37:52

C’est long mourir --- Témoignage --- 10-12-2015

http://plus.lapresse.ca/screens/076e8721-08ca-42ab-b679-80f88734dca6%7C_0.html
 « C’EST LONG, MOURIR » / Quand il ne vous reste que la souffrance et la peur, pourquoi prolonger inutilement le supplice ?
 Par Michel LaBrosseDirecteur à la retraite à la fonction publique du Canada
 Ma sœur et moi aimions discuter dans son joli jardin ou sur la terrasse devant le fleuve de son immeuble. Nous nous amusions à refaire le monde en toute humilité, toujours conscients que nous pouvions tout avoir faux.
Nos sujets de discussion étaient variés : l’actualité, les arts, l’éducation et la santé. Tous les deux jeunes retraités à l’automne de nos vies, au moment où tout prend une nouvelle coloration, nous prenions plaisir à jouer aux sociologues.
Un sujet d’actualité qui nous tenait à cœur était celui de l’aide médicale à mourir. Nous partagions tous les deux la même opinion, souhaitant ne jamais devoir vivre dans la douleur inutilement avant de mourir. Le débat autour de la question nous préoccupait.
Au-delà des questions légales et éthiques, le droit de pouvoir choisir de mourir dans la dignité nous apparaissait comme un droit fondamental. Mais nous étions encore à des années-lumière de ce stade de nos vies.
Jusqu’au jour où ma sœur est devenue malade. Les premiers diagnostics évoquaient une bactérie à l’estomac. Voilà qui semblait banal ; des antibiotiques et un peu de temps allaient régler le problème. Comme le temps passait et que la situation ne s’améliorait pas, les médecins ont décidé d’enquêter plus en profondeur.
Et puis un jour de fin d’été, ma sœur s’est rendue au bureau du médecin, seule, convaincue que l’on allait lui prescrire un autre antibiotique plus efficace. Le verdict est tombé dans ce cabinet de médecin transformé en tribunal de la vie : cancer incurable du pancréas avec métastases au foie et à l’intestin. Les mots que nous ne voulons jamais entendre pour nous ou pour ceux que nous aimons. Le sombre pronostic ne laissait présager que quelques mois à vivre dans la douleur et la souffrance, avec comme seuls remèdes des cocktails de médicaments pour apaiser la douleur.
Du jour au lendemain nous voilà tous, famille et amis, plongés dans un tsunami dévastateur. Mais surtout, voilà ma sœur qui se retrouve devant le néant. Celui de savoir que la science ne peut rien pour vous et que le chemin qu’il vous reste à parcourir sera celui de l’anxiété, de la peur et surtout de la douleur. La seule avenue qui s’offre à vous s’appelle les soins palliatifs.
Ma sœur et moi aimions discuter dans son joli jardin. Nous avions une perspective bien différente de la réalité des soins de fin de vie. Des images du très beau film de Denys Arcand, Les invasions barbares, tournaient en boucle dans nos têtes. Alité devant la large fenêtre qui donnait sur le fleuve, Rémy faisait le bilan de sa vie entouré de ses amis. Les scènes étaient empreintes de douceur et de sérénité. Le scénario qui attendait ma sœur à l’unité des soins palliatifs était bien loin de celui du film.
Ma sœur aurait souhaité signer tous les documents officiels qui lui auraient permis de mettre fin à ce long métrage dont nous connaissions tous la fin atroce. Durant les interminables semaines qu’aura duré son agonie, elle nous répétait inlassablement, « c’est long, mourir ». Quand il ne vous reste que la souffrance et la peur, pourquoi prolonger inutilement le supplice ?
Ma sœur aurait souhaité vous le dire elle-même, assise dans son joli jardin. Je lui tiens la main pour écrire ces quelques lignes, car je sais qu’elle souhaiterait que personne ne soit jamais privé de son droit fondamental de mourir dans la dignité.
Je t’aime, Monique.
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-10 à 15:55:25

Choisir dans la dignité --- La Presse+ --- 9-12-2015

C’est une grande invitation à lire, si ce n’est pas déjà fait,
les articles sur l’Aide médicale à mourir.
Et quel Titre ! Choisir dans la dignité.
À lire absolument.
 
Merci à La Presse+ pour ce dossier si instructif et si bien monté.
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-10 à 11:50:56

Enfin ! Demain, que notre Loi de compassion et de solidarité soit!

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/09/002-aide-medicale-mourir-cour-appel-requete-procureur-general-quebec.shtml

Nous ressentons un grand soulagement et une immense joie
devant une fin de vie qui sera plus respectueuse de tout et chacun,
qui rendra possible une fin de vie plus libre, plus digne, plus sereine,
qui rendra possibles une vie professionnelle plus paisible et
une paix sociale plus intense et porteuse de vie interpersonnelle bonifiée. 

Demain, Journée des droits de l’Homme, sera un grand jour pour le Québec.

La Cour d'appel entendra la requêtere le 18 décembre prochain.
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-09 à 22:22:16

Autre bonne nouvelle : tout avance… Réponse fin pm --- 9-12-2015

La Cour d’appel du Québec a reçu ce matin, à Montréal,  la demande de la Procureur générale du Québec.
Les deux partis représentés ont fait valoir leurs argumentations. Les représentations auraient duré environ 2 heures.
 
La Cour d’appel du Québec rendra sa décision cet après-midi, fort probablement fin pm.
 
Espoir++++
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-09 à 18:22:34

Une Heureuse coïncidence, le 10 décembre

Demain, c’est la Journée des droits de l’Homme  ( Cliquez sur lien : Journée des droits de l'homme 10 décembre 2015 : Accueil  )
et, plus que possiblement, la mise en application de la Loi québécoise sur les soins de  fin de vie, intégralement.
 
Quelle coïncidence ce serait !
 
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-09 à 17:22:12

Rassurante nouvelle et espoir ---- 8-12-2015 15H00

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/08/005-justice-cour-appel-requete-procureur-quebec-superieure-droit-mourir.shtml
Aide à mourir : la Cour d'appel entendra la requête de Québec demain
Mise à jour le mardi 8 décembre 2015 à 15 h 16 HNE

«La Cour d'appel entendra mercredi la requête du Procureur général du Québec qui veut porter en appel le récent jugement de la Cour supérieure sur les soins de fin de vie.

Jeudi dernier, la Cour supérieure a suspendu la Loi concernant les soins de fin de vie, jugeant certains de ses articles incompatibles avec le Code criminel. Si le tribunal autorise l'appel, la décision de la Cour supérieure sera suspendue et la loi entrera en vigueur ce jeudi. …»

Nous espérons la mise en application de notre Loi, dès le 10 décembre, intégralement.

Sur la Cour d'appel du Québec : http://courdappelduquebec.ca/



Par Yvon Bureau le 2015-12-08 à 23:20:28

AMAM : La solution est à Québec ---7-12-2015

Depuis hier, fin pm,  nous retrouvons sur le site  www.vosdroitsensante.com  
le document d’une immense importance Me Jean-Pierre Ménard :
Aide médicale à mourir : la solution est à Québec.

À lire+++, maintenant. Jeudi vient vite!!!

 «… Le gouvernement du Québec a indiqué qu’il comptit également s’adresser à la Cour Suprême du Canada afin de demander l’autorisation de mettre en application sa loi.  Cette procédure pourrait devenir inutile si la Cour d’appel n’autorise pas, à la demande des requérants, l’exécution provisoire du jugement du juge Pinsonnault. …»

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-08 à 15:10:51

Lettre de Me Michelle Giroux ---A lire --- 7-12-2015

http://www.ledevoir.com/societe/justice/457250/pour-une-juste-interpretation-de-l-aide-medicale-a-mourir

LIBRE OPINION
Pour une juste interprétation de l’aide médicale à mourir
7 décembre 2015 | Michelle Giroux - Professeure de droit à l’Université d’Ottawa, elle fut membre d’un comité de juristes experts formé par Québec pour étudier l’aide médicale à mourir. | Justice
 
Commentaire :     Tout en cohérence juridique
Merci Me Giroux pour ce texte solide et de cohérence. Il arrive à point.

Cela nous fait du bien, sortant d'une semaine de «spaghetti juridique» (Sébastien Bovet) assez indigeste et vraiment pas des plus nécessaires.

Au nom de cette cohérence juridique, et vu par la population de qui émerge souvent une grande sagesse, la mise en application de la Loi québécoise sur les soins de fin de vie aura bel et bien lieu, au Québec, dès ce jeudi 10 décembre, et intégralement. En douceur. En compassion. En noblesse. En dignité. En sérénité. En solidarité. Bref, en humanité.

Ce jeudi sera un jour de dignité et de sérénité bonifiées, pour les finissants de la vie, leurs proches, leurs soignants, leurs établissements de soins.

Ah oui. Merci aussi d'avoir été du groupe des trois juristes experts lors de la remarquable et remarquée Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité. Quel Rapport!



Par Yvon Bureau le 2015-12-08 à 11:49:40

AMAM, pas dans le discours du Trône --- 4-12-2015

http://www.ledevoir.com/politique/canada/457160/discours-du-trone-de-tout-pour-tous
 DISCOURS DU TRONE    /   De tout pour tous
5 décembre 2015 |Josée Boileau
 Mon commentaire : Gouverner dignement
J'aime beaucoup ceci : «il a clairement été énoncé qu’il sera fait « en sorte que l’élection de 2015 aura été la dernière à être menée selon le système électoral majoritaire à un tour »» Enfin.

J'aime beaucoup moins ceci :«Mais grand silence sur un enjeu social autrement plus urgent car imposé par la Cour suprême : l’aide médicale à mourir. Au fond, la prudente solution du Québec fait peur au reste du Canada, où le débat n’a pas été fait : un Justin Trudeau tourné vers l’avenir ne veut pas s’empêtrer dans les questions de mort.» Des questions de Vie, monsieur Trudeau!

Peu importe qu'il y ait ou pas une vie après. L'important c'est la vie avant, ce dont nous sommes certains, loin des croyances.

Monsieur Trudeau se doit de s'intéresser au mourir, à la fin de la vie. La fin de la vie, c'est plein de vie là-dedans, dirait Félix Leclerc. Rappelons au Premier ministre que annuellement 250 000 personnes canadiennes vivront le processus du mourir et décèderont. Et si 30 personnes sont touchées par chaque décès, environ 10 millions de personnes canadiennes vivront un processus d'accompagnement, de mort et de deuil. C'est assez de monde ça, Monsieur le PM Trudeau? Ajoutons en plus les milliers de soignants et de bénévoles. Plus le mourir se passe relativement bien, spécialement dans le respect de la personne vivante jusqu'à sa fin, plus le deuil sera facilité et porteur de vie et de paix sociales.

Cette fin de vie peut être soit digne et noble soit indigne et ignoble.

Que ce dimanche inspire notre Premier ministre. Qu'il alimente la noblesse de sa fonction, de son humanité, de sa compassion. Que ce dimanche nourrisse la cohérence de son discours. Qu'il se retire de la cause Saba/juge Pinsonnault. Qu'il reconnaisse la haute validité de la Loi québécoise concernant les soins de fin de vie, lundi. Qu'il rende son application possible dès le 10 décembre, tel que convenu.

Merci pour cet article. Merci au Le Devoir pour sa compassion/solidarité.



Par Yvon Bureau le 2015-12-06 à 23:46:03

Cohérence étant, notre Loi s’appliquera ----- 5-12-2015

http://www.ledevoir.com/societe/sante/457210/l-aide-medicale-a-mourir-entre-les-mains-des-juges
L’aide médicale à mourir entre les mains des juges
5 décembre 2015 |Marco Fortier | Santé
 
Mon commentaire :   Je suis optimiste
À partir du 10 décembre, au Québec, la Loi concernant les soins de fin de vie sera opérationnelle, mise en application, incluant l'aide médicale à mourir.

Dans ce dossier, et dans cette situation juridique, décrite comme «spaghetti juridique» par Sébastien Bovet de RC, je suis en gratitude et en admiration pour nos ministres concernés, et pour notre Premier ministre Couillard. Le sont aussi de très nombreuses personnes en fin de vie, leurs proches, leurs soignants et leurs établissements de santé.

Nous méritons mieux qu'un «spaghetti juridique», ces temps-ci. Préférable serait une cohérence juridique assaisonnée de compassion et de solidarité, source de dignité et de sérénité et de paix sociale bonifiées.

http://www.collectifmourirdigneetlibre.org/blog.php 
 
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-05 à 22:22:52

Mise à jour sur la démarche du Québec à la CSC --- 4-12-2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2015/12/03/009-aide-medicale-mourir-ottawa-demande-sursis-6-mois-cour-supreme-canada.shtml
Aide médicale à mourir : Ottawa demande un sursis, Québec saisit la Cour suprême
 
«… Dans un communiqué diffusé jeudi soir, le gouvernement du Québec annonce avoir entrepris « une démarche devant la Cour suprême …

Le but de l'exercice, a expliqué vendredi la ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, « c'est que l'exemption demandée par le fédéral ne devienne pas une embûche à l'entrée en vigueur de notre Loi sur les soins de fin de vie », afin que les articles sur l'aide médicale à mourir entrent en vigueur tel que prévu le 10 décembre.

Québec ne renonce pas pour autant à sa décision de faire appel du jugement de la Cour supérieure, a précisé la ministre Vallée. Cette procédure sera déposée à la Cour d'appel « d'ici la fin de la journée », a-t-elle dit. …»

Nous espérons que le Fédéral se retirera de la demande de suspension et qu'il laissera Dr Saba débattre sa cause seul.

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-04 à 22:21:35

Une injonction trompeuse /Me Jean-Claude Hébert ---4-12-2015

http://plus.lapresse.ca/screens/65b3549e-4bdb-42d5-9801-ad8c170a66ae%7C_0.html

« … La ministre québécoise de la Justice et procureure générale, avec l’aval du gouvernement, a clairement indiqué qu’un médecin qui respecte les exigences de la loi québécoise concernant les soins donnés en fin de vie ne serait pas poursuivi en justice.
Force est de conclure que toute plainte privée est vouée à l’échec. Cet argument n’aurait jamais dû être pris en considération au soutien d’une injonction. …»
 
Voilà ce qui est rassurant et réconfortant.
 
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-04 à 22:15:29

«Le beauceron Yvon Bureau insulté …» ---3-12-2015

http://www.leclaireurprogres.ca/actualites/societe/2015/12/3/yvon-bureau-est-insulte-du-report-de-laide-medicale-a-mourir.html

Fait à souligner dans ce texte d’Éclaireur de Beauce,
c’est que le nouveau député monsieur Busque appuie la Loi concernant les soins de fin de vie. L’ancien député Robert Dutil avait voté contre.
Enfin !

 



Par Yvon Bureau le 2015-12-04 à 15:11:24

Fin de soirée heureuse --- 3-12-2015

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/12/03/009-aide-medicale-mourir-ottawa-demande-sursis-6-mois-cour-supreme-canada.shtml
Aide médicale à mourir : Ottawa demande un sursis, Québec saisit la Cour suprême.

Québec demande à la CSC le droit de mettre en application l'aide médicale à mourir, dès le 10 décembre.

À suivre demain.
 



Par Yvon Bureau le 2015-12-04 à 03:28:01

Triste soir : Ottawa demande un délai de 6 mois --- 3-12-2015

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201512/03/01-4927479-aide-medicale-a-mourir-ottawa-demande-un-delai-de-six-mois.php
http://www.ledevoir.com/politique/canada/456978/aide-medicale-a-mourir-ottawa-demande-six-mois-de-plus

Selon nous, c'est une demande injustifiée. Verrons à la lecture du document demandant le délai.

Préférons aujpourd'hui de beaucoup plus les éditoriaux du Le Devoir et du de Le Soleil de ce jour.
 http://www.ledevoir.com/politique/quebec/456862/aide-medicale-a-mourir-un-jugement-surrealiste 

http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/editoriaux/brigitte-breton/201512/02/01-4927190-suivre-et-non-bloquer-le-quebec.php utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B22_editorialistes_255150_section_POS2  

Nous préférons encore plus le témoignage de Marthe Asselin-Vaillancourt
http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201

Et l’article informatif de Me Jean-Pierre Ménard
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/03/001-aide-medicale-mourir-soins-fin-de-vie-decision-cour-superieure.shtml

Le CMDL espère que notre Loi entrera en application le 10 décembre prochain. Plusieurs y travaillent.



Par Yvon Bureau le 2015-12-04 à 02:28:28

Ghislain Leblond à MidiInfo, avec Michel C Auger --- 2-12-2015

Le lien pour entendre cet entretien sera bientôt ici.



Par Yvon Bureau le 2015-12-03 à 03:12:58

Les coprésidents du CollectifMDL dans Le Journal de Québec ---2-12-2015

http://www.journaldequebec.com/2015/12/01/une-agonie-inhumaine .

Une agonie inhumaine.  À lire+++



Par Yvon Bureau le 2015-12-03 à 02:31:03

Ghislain Leblond à RDI 24/60 --- 2-12-2015

Pour les personnes qui ne l'ont pas regardé, vous pouvez revoir cette émission ce soir à 23 heures. Voilà une intervention et un message qui arrivent à point. Dont ceci : Ottawa se doit de respecter le délai prévu, soit le 6 février prochain. Parole de sous-ministre à la retraite, Ottawa peut y arriver.Au nom de l'efficience. Au nom de la dignité et de la sérénité des personnes en fin de vie.

Le lien de cette entrevue suivra bientôt.



Par Yvon Bureau le 2015-12-03 à 02:27:59

Cette loi doit vivre --- Yves Boisvert LaPresse+ ---2-12-2015

Excellent article. À LIRE+++

http://plus.lapresse.ca/screens/b53b9bab-9f91-4db2-809d-4a029ba0a2d0%7C_0.html
 CETTE LOI DOIT VIVRE
Yves Boisvert La Presse+
Édition du 2 décembre 2015,
section ACTUALITÉS, écran 6
... «Il faut une précaution infinie pour qu’un juge rende inopérante une loi avant même son entrée en vigueur. En vérité, ça n’arrive pratiquement jamais

Espérons plus que jamais que le Gouvernement Trudeau va se retirer dans les 48 heures de cette injonction. Espoir de notre Collectif.



Par Yvon Bureau le 2015-12-02 à 15:26:05

Lettre à monsieur le PM Justin Trudeau --- 2-12-2015

http://www.ledevoir.com/politique/canada/456819/l-aide-a-mourir-devra-attendre?utm_source=infolettre-2015-12-02&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne
L’aide à mourir devra attendre
Québec portera en appel la décision de la Cour supérieure qui suspend l’application de la loi
2 décembre 2015 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada

Voici notre commentaire au Le Devoir : «Demeurer grand et debout, M. Trudeau
Voici la lettre que j'ai fait parvenir hier soir au PM Trudeau :
«Monsieur Premier ministre Trudeau,
demandez à votre procureur général de se retirer immédiatement
de l’injonction contre la mise en application
de la Loi québécoise concernant les soins de fin de vie.

Immédiatement.

Je vous admire beaucoup. Demeurer grand et debout.
Ps Pas sur le dos des personnes en fin de vie et à la fin de leur vie.

Salutations généreuses ! »

Laissons seul l'initiateur de cette injonction, Dr Saba, porter sa cause lors de la demande en appel.

«Comment UN juge a-t-il pu piétiner et passer au dessus d'une société», s'est demandé un haut personnage du Québec.

Enfin, monsieur le juge Michel Pinsonnault, je vous invite à lire (c'est fait?) et même à relire le Rapport Mourir dans la dignité/mars 2012. Sachez que l'expression Aide médicale à mourir est une expression de la population. En 30 années de promotion des droits, des libertés et des responsabilités de la personne en fin de vie, ayant été consulté par bien de ces personnes et de leurs proches, je n'ai jamais entendu une personne dire à son médecin autre chose que «Docteur, aidez-moi à terminer mon agonie, Aidez-moi pour que tout ça finisse, Aidez-moi à mourir».

Monsieur le juge Michel Pinsonnault, ayez le courage de rendre votre décision, après l'appel entendu, pendant que l'ANQ siège.
Heureusement, l'ANQ a encore quelques jours de session pour prendre une décision éclairée et libre, debout, solide, audacieuse, compassion et solidarité en plein cœur.



Par Yvon Bureau le 2015-12-02 à 15:05:20

La Cour supérieure a accepté l’injonction --- 1-12-2015

Triste événement. Triste jour.
Honteuse intervention du Procureur général du Canada.
Heureusement, le Québec va en appel; il sera débattu dans quelques jours.
Notre Collectif a donné entrevues aux médias. Lirons demain.
Merci aux solides interventions de nos politiciens concernés, et de Me Jean-Pierre Ménard.
Fierté à notre Gouvernement.
Merci aux médias d’avoir donné la parole au Dr Saba… ! Tout pour faire diminuer sa crédibilité, déjà basse.
 
Voici quelques liens :
 
http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/201512/01/01-4926630-aide-medicale-a-mourir-la-loi-quebecoise-suspendue.php
http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/201512/01/01-4926630-aide-medicale-a-mourir-quebec-fera-appel-dune-injonction-de-la-cour.php
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/12/01/003-cour-superieure-aide-medicale-mourir-10-decembre.shtml 

Espérons que le premier ministre Trudeau sera cohérent avec ses déclarations antérieures et qu’il mettra fin cet écart de conduite politique.

Confidence. Notre Collectif a travaillé fort aujourd’hui ! Par amour et par respect pour la Cause.



Par Yvon Bureau le 2015-12-02 à 11:20:18

Une 2e Maison de SP doit oui à AMAM ---1-12-2015

La Maison René-Verrier de Drummondville offrira l'aide médicale à mourrir.

http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2015/11/30/009-aide-medicale-mourir-maison-rene-verrier-soins-palliatifs-drummondville.shtml

Gratitude à cette Maison.



Par Yvon Bureau le 2015-12-01 à 17:13:25

Le temps d'agir --- La Presse+ --- 29-11-2015 À lire+++

Le texte de Ghislain Leblond, sous-ministre à la retraite.

Un texte qui arrive au bon moment. Au coeur de la compassion et de la solidarité avec les personnes en fin de vie et à la fin de leur vie.

www.collectifmourirdigneetlibre.org/documents/29-11-2015_le_temps_d_agir.pdf



Par Yvon Bureau le 2015-11-30 à 23:53:41

Lettre envoyée : Aide médicale à mourir et Ottawa --- Sans délai

Voici la position de notre Collectif :

Le gouvernement fédéral peut et doit donner suite à la décision unanime
De la Cour suprême du Canada concernant l'aide médicale à mourir à l'intérieur du délai d'un an prescrit par celle-ci.

Le premier élément à prendre en compte est qu'Ottawa n'a pas à refaire le débat sur l'opportunité d'une telle mesure. Tous les sondages ont démontré les uns après les autres l'appui d'une très vaste majorité des Canadiens dans toutes les régions du pays. Mais surtout le plus haut tribunal a tranché la question dans une décision unanime péremptoirement signé La cour, procédé qui n'avait été utilisé qu'une fois auparavant.

D'autre part, il n'y a essentiellement que deux avenues pour donner suite à cet arrêt de la Cour suprême. La première voie serait d'adopter le modèle de l'Oregon, soit le suicide assisté. La deuxième consisterait à suivre la solution mise en place par le Québec, c.-à-d. l'aide médicale à mourir.

Le gouvernement fédéral doit retenir la deuxième option. Pour plusieurs raisons.

La première est que l'expression " suicide assisté " n'est pas très précise. Elle peut laisser croire que l'on veut faire la promotion du suicide alors que " aide médicale à mourir " ne crée pas cette  connotation. C'est une préoccupation majeure et tout à fait justifiée de ceux qui luttent contre ce fléau. Il doit être clair que les dispositions actuelles du Code criminel concernant l’aide et l’encouragement au suicide vont rester en vigueur. Il est essentiel de rappeler que le suicide est un choix entre la vie et la mort. L’aide médicale à mourir est un choix entre différentes façons d'abréger une agonie indigne et inhumaine.

Par ailleurs, un des buts fondamentaux de l'aide médicale à mourir est d'apporter à la personne en fin de vie et à la fin de sa vie un maximum de sécurité et de sérénité. Le malade sait qu'il sera accompagné jusqu'au bout par un médecin qui gérera un protocole strict et qui saura intervenir de manière appropriée dans l'éventualité de difficultés imprévues. Ce qui n'est absolument pas le cas dans un scénario de suicide assisté, où la personne est entièrement laissée à elle même ou à la bonne volonté de personnes ne possédant pas de compétences spécifiques en la matière .

Dans le même ordre d'idée, puisque la personne doit s'administrer elle même la dose mortelle lors d'un suicide assisté, certaines se verront contraintes de passer à l'acte de manière prématurée de peur de ne plus être capables de le faire au moment qu'elles auraient préféré. Plusieurs raccourciraient ainsi  inutilement leur vie de plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Le suicide assisté présente en outre un autre danger pour la société. En effet, l'expérience de l'Oregon nous révèle qu'un pourcentage non négligeable de patients renonce finalement à utiliser les drogues qui leur avaient été prescrites. Ce qui signifie que l'on perd toute trace et tout contrôle sur des substances létales qui risquent d'être employées à des fins non désirables.

Le gouvernement fédéral donnera donc suite au jugement de la Cour suprême en ajoutant à l'article 241-B du Code criminel un alinéa qui exclura uniquement et spécifiquement l'aide médicale à mourir.

Ce faisant, le gouvernement fédéral reconnaîtra de fait que l'aide médicale à mourir est un soin de fin de vie. Il appartiendra alors aux provinces et territoires, qui ont juridiction sur la Santé, de le baliser. Mais le gouvernement canadien aura préalablement fourni un cadre national qui s'appliquera à l'ensemble du pays, assurant ainsi un minimum de parité d'une province et d'un territoire à l'autre. Ceci placera tous les Canadiens sur un même pied et aidera sans doute les provinces et territoires à harmoniser leurs processus et leurs protocoles.

Dans ce contexte, nous ne voyons pas pourquoi Ottawa ne pourrait se conformer à l'échéance fixée par la Cour suprême, soit le 6 février 2016. Les nombreux Canadiens en fin de vie en train de mourir douloureusement et indignement ne pourraient comprendre que le nouveau gouvernement se traîne les pieds dans ce dossier dans lequel la Cour suprême lui déjà dicté la voie à suivre.

 



Par Ghislain Leblond le 2015-11-29 à 02:25:13

Vivre et laisser mourir librement --- 27-11-2015

http://www.ledevoir.com/politique/canada/456419/ottawa-et-l-aide-medicale-a-mourir-vivre-et-laisser-mourir
OTTAWA ET L’AIDE MEDICALE A MOURIR
Vivre et laisser mourir      27 novembre 2015 |Antoine Robitaille | Canada
 
Mon commentaire publié : Vivre et laisser mourir librement
«Mourir moins, mourir mieux» vaut mieux que «Mourir plus, mourir pieux».

Merci au Le Devoir pour cet Édito. Merci monsieur Robitaille.

Plusieurs auraient avantage à voir et à lire les auteurs de l'injonction. D'une grande tristesse et d'une hauteur à ras le sol.

Tout mon appui à : «Ottawa se trompe s’il croit que le procureur général du Québec poursuivrait un médecin qui aurait appliqué une loi dont le même procureur défend la validité devant les tribunaux !» Que l'ANQ réaffirme maintenant tout cela. Notre humanité oblige

 



Par Yvon Bureau le 2015-11-28 à 17:16:06

Pas de retard en vue, selon Québec --- 26-11-2015

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/456326/aide-medicale-a-mourir-pas-question-de-retarder-l-entree-en-vigueur-de-la-loi-selon-vallee.
AIDE MEDICALE A MOURIR
Pas question de retarder l’entrée en vigueur de la loi, dit Vallée
26 novembre 2015 14h35 | Marco Bélair-Cirino -
 
C’est tant mieux.
 
Voici mon commentaire envoyé :
Injonction sans valeur et inutile
« Le gouvernement du Québec vient d’adopter une loi qui inclue l’euthanasie : cette loi est illégale, illicite et inconstitutionnelle », soutiennent-ils, Saba et D'Amico.  Cette injonction de tient plus la route. La Cour suprême a statué de façon unanime, claire et sans équivoque. Monsieur Saba et madame D'Amico, désolé, mais le débat est clos. Votre démarche, madame et monsieur, ce n'est plus du sérieux, c'est de l'acharnement juridique inutile. Aucun juge ne vous suivra sur ce chemin. Cohérence oblige.
 
Le Canada est rendu à se donner un cadre légal pour baliser avec cohérence et avec respect de la Cour le comment va se faire l'aide médicale à mourir. Les médias doivent cesser de parler de débat à venir. S'ils le font, ils devront non penser à un débat sur l'AMAM, mais sur le comment il se fera. Là est la question.

LA conclusion de la CSC :
«Le pourvoi est accueilli. Nous sommes d’avis de prononcer le jugement déclaratoire suivant, dont la prise d’effet est suspendue pendant 12 mois :
                    L’alinéa 241b)  et l’art. 14  du Code criminel  portent atteinte de manière injustifiée à l’art. 7  de la Charte  et sont inopérants dans la mesure où ils prohibent l’aide d’un médecin pour mourir à une personne adulte capable qui (1) consent clairement à mettre fin à sa vie; et qui (2) est affectée de problèmes de santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap) lui causant des souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition.»
 
Répondre à la conclusion imposante, claire et sans équivoque de la CSC sur l'AMAM ne demande pas des consultations à ne plus finir. Juridiquement, ce n'est pas compliqué, même, pas si complexe que ça. Suffit de faire les amendements appropriés et cohérents avec la conclusion de la CSC.
 
Sans délai. Pour plus de dignité. Pour plus de liberté. Pour plus de respect. Pour plus de sérénité et personnelle et professionnelle. Pour plus d'humanité, quoi!
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-27 à 13:37:55

Délai injustifié, à Ottawa --- 26-11-2015

http://www.ledevoir.com/politique/canada/456222/aide-medicale-a-mourir-ottawa-demande-a-quebec-d-attendre
AIDE MEDICALE A MOURIR
Ottawa demande à Québec d’attendre
26 novembre 2015 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada

Mon commentaire énergique : Délai injustifié

En attendant les rapports du Comité fédéral, remettant des observations (déjà du connu, désolé) et non des recommandations, la ministre fédérale de la Justice peut déjà former dans les jours qui suivent un comité de juristes experts pour lui faire des propositions de cadre légal pour l'Aide médicale à mourir. Elle pourrait fort probablement compter sur les trois juristes québécois qui ont déjà produit un rapport des plus consistants, et d'autres de d'autres provinces.

Répondre à la conclusion imposante, claire et sans équivoque de la CSC sur l'AMAM ne demande pas des consultations à ne plus finir. Juridiquement, ce n'est pas compliqué, même, pas si complexe que ça. Suffit de faire les amendements appropriés et cohérents avec la conclusion de la CSC.

Et cela dans les délais prévus. D'ici le 6 février prochain.

Quelques mois pour les députés et les ministres, c'est peu long. Mais pour des milliers de personnes en fin de vie en train de mourir douloureusement et indignement, c'est une éternité. Ça devient du «mourissement» inapproprié et même inhumain.

Que la compassion et la solidarité avec nos finissants de la vie à travers et le Québec et le Canada priment et règnent. Pour plus de dignité. Pour plus de liberté. Pour plus de respect. Pour plus de sérénité et personnelle et professionnelle. Pour plus d'humanité, quoi! 

Le jeu des délais pourrait devenir responsable, en plus de douleurs et de souffrances horribles dans certaines situations extrêmes, pourrait devenir responsable de nombreux suicides, d'aides au suicide et, même pire, de meurtres par compassion. Ça, la population ne le pardonnerait pas à nos gouvernements; moi non plus. À raison.
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-26 à 18:50:09

Entrevue avec Sylvie Coulombe à voir ---TVA 23-11-2015

http://www.tvanouvelles.ca/2015/11/23/la-fin-tragique-de-laurent-rouleau
Douloureux souvenirs pour sa famille
Faute d'aide médicale à mourir, la fin tragique de Laurent Rouleau
 TVA Nouvelles  Le 23 novembre 2015 à 18:14

C’est une excellente entrevue réalisée par Harold Gagné, de TVA. Spécialement à quelques jours de la mise en application de notre Loi concernant les soins de fin de vie, soit le 10 décembre prochain. Spécialement devant l’ouverture apportée par le Jugement de la CSC du 6 février 2015.
 Il est bon de nous rappeler que le témoignage de la famille Rouleau a eu lieu lors de la 1e journée de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, le 7 septembre 2010. Ce fut un témoignage des plus marquants au début de la Commission.
Merci à Sylvie Coulombe pour sa générosité en accordant cette entrevue à monsieur Gagné.
GRATITUDE à vous. La Cause pour un mourir plus digne, plus serein et plus humain vous honore.
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-26 à 18:44:25

Le Québec offre beaucoup --- 24-11-2015

http://www.ledevoir.com/societe/sante/456070/offrir-enfin-aux-quebecois-ce-dont-ils-ont-besoin
 
LIBRE OPINION
Offrir enfin aux Québécois ce dont ils ont besoin
24 novembre 2015 | Alberte Déry et Suzanne Dubois –
Respectivement présidente du Réseau de soin palliatifs du Québec et directrice générale de la Société canadienne du cancer, division du Québec | Santé
 

Mon commentaire :   Le Québec offre beaucoup
 
En juin 2014, le Québec s'est offert La loi concernant les soins de fin de vie, mise en application le 10 décembre prochain (pas une loi concernant les soins palliatifs). Cette Loi inclue les soins palliatifs et les dépassent de beaucoup. À raison.
 
Le Québec offre aux Québécois ce dont ils ont besoin : des soins de fin de vie personnalisés et appropriés. Incluant en plus des soins palliatifs traditionnels, la sédation palliative continue (je préfère «l'anesthésie terminale», terme facilement compris par tous, ne cachant rien disant tout) et l'aide médicale à mourir.
 
Autre point. «Les soins palliatifs visent à maintenir la qualité de vie.» Les soins de fin de vie appropriés et personnalisés visent à maintenir et à bonifier la qualité de la vie de chaque personne en fin de vie et à la fin de sa vie. Bref, la personne vivante digne et libre en fin de vie avant la vie. Cela me rappelle une affiche en SP «Respecter la vie jusqu'au bout»; les soins de fin de vie appropriés afficheraient plutôt «Respecter chaque personne vivante éclairée et libre jusqu'à sa fin».
 
Les Réseaux québécois et canadien des soins palliatifs semblent encore trop ignorer que deux grands tsunamis ont soufflé avec VIEgueur : La Loi québécoise concernant les soins de fin de vie (juin 2014) et le Jugement unanime et massif de la Cour suprême du Canada du 6 février 2015. Lors de leurs derniers congrès, trop peu de place fut donnée à ces deux grands vents innovateurs. Les médias n'ont pratiquement pas parlé de ces congrès. Curieux, non?
 
Il est temps pour le Québec de mettre à jour sa Politique sur les soins palliatifs de fin de vie datant de 2004. Urgence même d'agir. Suggestion de titre : Politique sur la personne en fin de vie : approches et soins appropriés.  Centration sur la personne en fin de vie, sa dignité, ses valeurs, sa conscience, son intégrité, sa liberté.
 

Le RSPQ devrait se garder à une plus grande distance du réseau de la SCC-Q. Inclusivité oblige.
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-25 à 14:57:12

Jocelyne Sauvé, en Suisse--- Émission JE ---22-11-2015

Voici le lien pour regarder l’émission de JE sur Jocelyne Sauvé, en Suisse.
Du Journaliste Harold Gagné de TVA.
 
http://tva.canoe.ca/emissions/je/
 
Bien sûr que le Jugement unanime de la Cour suprême du Canada du 6 février dernier
va permettre des fins de vie pour des personnes non en fin de vie mais à la fin de leur vie.
À suivre.
Pour le moment, concentrons-nous sur la mise en application de notre Loi, remarquable et remarquée, le 10 décembre prochain.

 



Par Yvon Bureau le 2015-11-24 à 17:09:24

Jane Philpott, ministre fédérale de la Santé --- 20-11-2015

Voici un lien pour mieux connaitre cette ministre, et son rôle futur dans le dossier des soins de fin de vie.
 
http://plus.lapresse.ca/screens/5a767dbe-3652-4076-a5c7-acbba58c1c56%7C_0.html
….
SOINS DE FIN DE VIE
En février, la Cour suprême a invalidé l’article du Code criminel interdisant à un médecin d’aider quelqu’un à se donner la mort. La Cour donnait un an au gouvernement fédéral pour ajuster sa loi en conséquence. La récente campagne électorale fédérale a toutefois ralenti les travaux à ce sujet. La ministre demandera-t-elle un sursis à la Cour ? « Il est encore trop tôt pour confirmer ce que nous allons faire, explique Mme Philpott. C’est un sujet très important pour les provinces. Nous délibérons encore pour nous assurer que nous avons un plan intelligent. »
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-20 à 21:39:47

Un site d’informations fort important

www.vosdroitsensante.com
 
J’ai eu plaisir et privilège de faire conférence avec Me Jean-Pierre Ménard. En Lotbinière, ce 18 novembre.
 
Je vous invite à consulter le site ci haut cité. Plein d’informations des plus solides et des plus à jour.
 
Des milliers de personnes le consultent pour mieux connaitre leurs droits et leurs libertés en matière de soins. Même plus, leurs responsabilités.
 
Nous en profitons pour exprimer à Me Ménard toute notre admiration et toute notre infinie reconnaissance pour son implication pour une fin de vie plus digne, plus libre, plus sereine, bref, plus humaine. MERCI, Me Ménard.
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-20 à 21:37:32

Le jour de la délivrance –Édito Le Devoir—19-11-2015

http://www.ledevoir.com/politique/canada/455628/aide-medicale-a-mourir-le-jour-de-delivrance
AIDE MEDICALE A MOURIR
Le jour de délivrance               19 novembre 2015 |Bernard Descôteaux | Canada
 
Un texte fort intéressant, concis, réaliste. À lire, bien sûr !
 
Un extrait : «…Le temps dont le gouvernement actuel a besoin n’est pas sans fin. La loi à adopter aura pour but de reconnaître le droit à une aide médicale à mourir et à en fixer les balises de son application. Or, il suffirait de reprendre celles qui déjà ont été définies par la loi 52 sur les soins de fin de vie adoptée par l’Assemblée nationale du Québec, suggère Maureen Taylor, coprésidente d’un comité interprovincial qui s’est penché sur la question. Celle-ci croit même que s’il le voulait, le gouvernement arriverait à respecter le délai fixé par la Cour. …
Dans les faits, il ne s’agit pas de reprendre ad infinitum le débat sur le droit à une aide médicale à mourir. La Cour suprême, dans son arrêt, a constaté une évolution de l’opinion publique canadienne et elle a elle-même fixé les paramètres principaux de l’application de ce droit. Alors, ne prolongeons pas inutilement ce débat alors que tant de Canadiens atteints de maladies incurables attendent le 6 février 2016 comme le jour de leur délivrance.»
 
En visitant le lien, vous y trouverez mon long commentaire : Titre approprié, plein de compassion et de sagesse  / Tout cela peut et devrait se faire SANS délai. …

 



Par Yvon Bureau le 2015-11-20 à 01:59:50

Finir le travail ---- 18-11-2015

Voici un excellent texte d’Ariane Krol. Titre clair. À lire.
http://plus.lapresse.ca/screens/cda9224e-9451-4e4f-b134-234a2512c99b%7C_0.html
 
«La tâche s’annonce nettement moins lourde pour le fédéral. Il n’aura pas à gérer la façon dont l’aide médicale à mourir sera offerte, puisque les systèmes de santé relèvent des provinces. Et surtout, il ne part pas d’une page blanche. La Cour suprême a tracé des contours très nets. Si un adulte atteint de problèmes de santé graves et irrémédiables, causant des souffrances persistantes et intolérables, a besoin de l’aide d’un médecin pour mettre fin à ses jours, il doit pouvoir l’obtenir.
La ministre de la Justice envisage de demander un délai à la Cour suprême. …
Cela fait plus de 20 ans que des Canadiens réclament cette aide médicale. Ottawa doit penser à eux et élaborer une solution législative qui, sans empiéter sur les compétences des provinces, indique clairement la nécessité de rendre ces soins disponibles.»

Notre position et notre suggestion : tout devrait se faire, sans délai; que les ministres fédéraux de la Santé et de la Justice mettent sur pied dès le début de décembre un groupe d’experts qui leur proposeront un cadre légal pour l’aide médicale à mourir. En cohérence avec la conclusion du jugement de la CSC du 6 février 2015.

Si un délai devait être demandé, après avoir été justifié, il ne devrait être que de deux à trois mois, pas plus.  



Par Yvon Bureau le 2015-11-19 à 22:36:36

Soins palliatifs et de fin de vie --- 18-11-2015

Le MSSS nous présente son plan de développement 2015-2020
Fort intéressant.
 www.collectifmourirdigneetlibre.org/documents/soins_de_fin_de_vie_et_palliatifs-plan_de_développement_2015-2020.pdf
À lire : le Mot du ministre, l’introduction (p.1) et la conclusion (p.35).
 
Un regret : les personnes consultées nous paraissent très majoritairement du réseau des soins palliatifs. Peu, si non pas, des soins de fin de vie personnalisés et de fin de vie.
 
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-19 à 03:21:31

Ottawa pourrait avoir besoin de temps additionnel --- 16-11-2015

http://www.tvanouvelles.ca/2015/11/16/ottawa-pourrait-avoir-besoin-de-temps-additionnel-pour-modifier-les-textes-de-loi
 
«Le gouvernement libéral pourrait demander à la Cour suprême du Canada qu’elle lui accorde une prolongation du délai d’un an pour apporter les modifications législatives sur le suicide assisté.
Dans un jugement rendu le 6 février dernier, le plus haut tribunal du pays a déterminé que l’interdiction d'offrir l’aide médicale à mourir à une personne consentante était inconstitutionnelle.
Le tribunal avait suspendu l'invalidité des textes de loi interdisant le suicide assisté, et avait donné un an à Ottawa pour réécrire la législation en la matière afin de permettre à des personnes atteintes de problèmes de santé graves et irrémédiables d’avoir recours à l'aide médicale pour mettre fin à leurs jours.
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a demandé à la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, de diriger un processus avec le ministère de la Santé visant à collaborer avec les provinces et les territoires dans le but de donner suite à la décision de la Cour suprême du Canada au sujet de l’aide médicale à mourir.
Lundi, la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a reconnu que le temps presse alors qu'il ne reste que moins de trois mois avant l'échéancier du 6 février 2016.»
 
 
 
Notre commentaire : Sans délai supplémentaire, les ministres de la Santé et de la Justice devraient ensemble présenter un projet de cadre légal pour l’aide médicale à mourir. Les débats ont eu lieu. La Cour a tranché. La population et les professionnels concernés sont très majoritairement en accord avec la décision unanime de la CSC sur l’aide médicale à mourir, sous conditions. Aux Gouvernements fédéral et provinciaux de s’entendre sur ce cadre légal. D’ici peu.
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-18 à 19:15:05

Le comité fédéral ne fournira pas de recommandations---14 et 17-11-2015

Voici deux articles qui nous en apprennent bien long et bien profond sur le mandat modifié de ce comité fédéral.
Ce Comité n’aura pas à présenter des recommandations sur l’encadrement législatif de l’aide médicale à mourir.
Il présentera seulement aux ministres de la Santé et de la Justice les résultats de leurs consultations, et cela d’ici le 15 décembre prochain.
Comme l’affirme M. Pelletier, cela sera fort utile.
Ce mandat modifié est fort bien accueilli, même très cohérent avec l’historique de ce Comité né sous le régime Harper.

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201511/14/01-4920875-aide-medicale-a-mourir-le-comite-federal-ne-fournira-pas-de-recommandations.php
Publié le 14 novembre 2015 à 15h39 | Mis à jour le 14 novembre 2015 à 15h39
Aide médicale à mourir: le comité fédéral ne fournira pas de recommandations
http://www.ledevoir.com/politique/canada/455439/aide-medicale-a-mourir-l-ex-ministre-benoit-pelletier-se-rejouit-de-son-mandat-allege
AIDE MÉDICALE À MOURIR  / L’ex-ministre Benoît Pelletier se réjouit de son mandat allégé
 
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-18 à 19:12:45

Vers des soins de fin de vie personnalisés---12-11-2015

Le 9 novembre dernier, nous avons réagi fortement au texte « Vers la mort des soins palliatifs ?»  À raison.
Le 12 novembre, Le Devoir a publié, à la page Idées, A-7, ma réaction, plus étoffée et de poids.
 http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/454958/vers-des-soins-de-fin-de-vie-personnalises  
Vers des soins de fin de vie personnalisés
Il est rassurant de voir la préparation en cours dans le réseau
12 novembre 2015 | Yvon Bureau - Travailleur social, consultant bénévole pour le Collectif Mourir digne et libre | Éthique et religion
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-18 à 01:55:41

Démystifier l'aide médicale à mourir --- 10-11-2015

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/sante/201511/10/01-4919475-demystifier-laide-medicale-a-mourir.php
 L'Aféas régionale de la Mauricie tenait ce mardi une journée d'information sous le thème Mourir dans la dignité.
 Me Jean –Pierre Ménard y était un invité. Intéressant ce qu’il dit.

«Le 10 décembre, tous les établissements de santé du Québec vont devoir offrir les soins palliatifs et l'aide médicale à mourir», lance d'emblée l'avocat spécialisé sur cette question.
«On reconnaît maintenant le droit au patient d'avoir accès aux soins palliatifs et à l'aide médicale à mourir», ajoute Me Ménard en soulignant que le secteur des soins palliatifs s'est toutefois généralement opposé à cette nouvelle loi. «Partout dans le monde, les pays qui ont les meilleurs soins palliatifs sont pourtant les pays qui ont légalisé l'aide médicale à mourir.»
La Hollande et la Belgique sont de ces pays.

Gratitude +++ à Me Ménard pour son engagement des plus humains et des plus fructueux pour un mourir plus personnalisé, plus respectueux de chacun, plus digne, plus serein, plus compatissant, plus solidaire.
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-11 à 17:00:38

Vers la naissance des soins de fin de vie personnalisés et appropriés

Nous avons fortement réagi à cet article du Le Devoir de ce matin.
http://www.ledevoir.com/societe/sante/454686/vers-la-mort-des-soins-palliatifs
Vers la mort des soins palliatifs?
Ces centres? De rares lieux où l’on refuse de céder aux sirènes idéologiques de l’individu tout-puissant et autonome
9 novembre 2015 | Luce Des Aulniers et Jean Pichette - Respectivement anthropologue et professeure associée à la Faculté de communication de l'UQAM, et sociologue et philosophe
 

Voici mon commentaire :

Vers la naissance des soins de fin de vie
personnalisés et appropriés, centrés sur chaque personne vivante et libre en fin de vie, sur ses valeurs, ses croyances, sa conscience, sa dignité, son intégrité, sa fierté, sa personnalité, son autonomie, sur son sens qu'Elle donne à son mourir et à Sa fin. Au fait, vous écrivez dans votre texte combien de fois les mots Personne, Personne vivante éclairée et libre, Respect de chaque Personne jusqu'à sa fin?

Votre texte est fort bien écrit, mais il dégage une odeur de feuilles d'automne fort avancées.

La naissance des soins de fin de vie personnalisés et appropriés s'enracine dans la primauté du soigné sur ses soignants et leurs établissements de soins, dans la primauté de «son seul intérêt». Ça, la Maison Aube-Lumière l'a compris et elle l'a choisi. C'est tout à son honneur. La compassion et la solidarité triomphent. Cette Maison fait honneur à notre humanité.

Par «fermeturite» et par exclusion, par refus de se transformer et de grandir, par choix de ne pas voir Soins palliatifs ET Aide médicale à mourir, la philosophie des soins palliatifs agonisent; triste. La faute revient à plusieurs de ses dirigeants et de ses grands penseurs; parfois même à de farouches opposants extrémistes, jamais condamnés par les Réseaux des SP. Il s'agit de lire et d'écouter leurs porte-paroles lors des auditions de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, lors du débat sur projet de loi concernant les soins de fin de vie.

Comment ne pas me souvenir d'un de leurs avocats disant, avec tremblements dans la voix, en Commission, «Ne touchons pas à l'in-té-gri-té des soins palliatifs»: j'ai réagi tout suite en écrivant «Ne touchons pas à l'intégrité de chaque personne en fin de vie, à la fin de sa vie».

Bon et rassurant de savoir tout le travail préparatoire qui se fait dans nos CISSS et CIUSSS. En interdisciplinarité, on se prépare à accueillir chaque personne en fin de vie, dans sa dignité et sa liberté, la respectant jusqu'à sa fin.

________________

Invitation à lire les autres commentaires, très majoritairement négatifs à l’article de ces 2 auteurs. En cliquant sur le lien ci haut.



Par Yvon Bureau le 2015-11-10 à 00:35:23

La Maison Aube-Lumière autorise l'aide médicale à mourir

C’est un grand jour pour la compassion et la solidarité.
 
Le CA de cette Maison a voté Oui, à l’unanimité.
 
En ce Mois des morts, rien de mieux qu’une Bonne et compatissante nouvelle pour les personnes en fin de vie, leurs soignants et leurs proches.
Même pour les oeuvrants du quotidien en Maisons de Soins palliatifs.

L’Ouverture et l’Inclusivité de la Maison Aube-Lumière
vont permettre un mourir dans le plus grand des respects
pour chaque personne vivante éclairée et libre lors de la fin de SA vie.

Fierté à cette Maison ! Gratitude aussi.

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/454295/une-premiere-maison-de-soins-palliatifs-autorise-l-aide-medicale-a-mourir
 



Par Yvon Bureau le 2015-11-04 à 16:50:07

Une Maison de SP dit OUI à AMAM --- 3-11-2015

Bonne et heureuse et compatissante nouvelle !

À Sherbrooke, la Maison Aube-Lumière donnera accès à l'aide médicale à mourir à compter du 1er février 2016, a décidé son conseil d'administration, à l'unanimité.
http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/201511/03/01-4916866-la-maison-aube-lumiere-autorise-laide-medicale-a-mourir.php

Hier paraissaient dans La Tribune deux articles intéressants sur ce point.

http://www.lapresse.ca/la-tribune/sherbrooke/201511/02/01-4916370-aide-medicale-a-mourir-la-maison-aube-lumiere-interpellee.php

http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/201511/02/01-4916704-reid-croit-que-les-centres-de-soins-palliatifs-sadapteront.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4916370_article_POS9 

Admiration et gratitude à cette Maison de soins de fin de vie personnalisés et appropriés.

Merci au CA.      Merci à Suzanne Nadeau-Whissell.  Merci à la région de l'Estrie.

 



Par Yvon Bureau le 2015-11-03 à 20:54:03

AQDMD au Comité fédéral, le 23-10-2015

http://www.aqdmd.qc.ca/attachments/File/Re__ponse_au_comite___fe__de__ral.pdf
http://www.aqdmd.qc.ca/attachments/File/COMITE____CHOCHINOV.pdf
http://www.aqdmd.qc.ca/

Nous vous invitons à lire ce témoignage à ce Comité fédéral/Comité Chochinov sur l’AMAM. Le président Georges L’Espérance, accompagné de 3 autres personnes, s’y sont présentés ce 23 octobre.  «L’entrevue a duré 75 minutes, s’est déroulée dans une ambiance qui nous est apparue cordiale et studieuse. Nous avons eu des échanges qui nous sont apparus pertinents et constructifs. »

 



Par Yvon Bureau le 2015-11-03 à 20:43:12

Certains mots honorent les religions --- 30-10-2015

Voici le commentaire à :

http://www.ledevoir.com/politique/canada/453960/aide-medicale-a-mourir-les-leaders-religieux-demandent-la-liberte-de-conscience-pour-les-medecins
AIDE MEDICALE A MOURIR
Les leaders religieux demandent la liberté de conscience pour les médecins
30 octobre 2015 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa

________________________

Compassion. Solidarité. S'abstenir de juger. Respect de la liberté d'une personne éclairée et libre. Respecter les valeurs, la conscience, la dignité, l'intégrité, la fierté et la grandeur de chaque personne terminant sa vie. Ces mots honorent des religions.

Religieux, vous avez dit et redit et redit ces paroles ?

Un délai, peut-être. Mais pourquoi faire, au juste? Justifiez votre demande, honnêtement.

Chers religieux, la société a changé, ses valeurs aussi; le droit aussi, la médecine aussi. D'accord pour le caractère sacré de la vie, MAIS, le caractère sacré de l'autonomie de chaque personne en fin de vie et à la fin de sa vie prime.

Et la CSC statue que le droit à la vie n'amène plus l'obligation de vivre à tout prix; même à mourir infiniment et naturellement.

Rappel de la conclusion : L’alinéa 241b) et l’art. 14 du Code criminel portent atteinte de manière injustifiée à l’art. 7 de la Charte et sont inopérants dans la mesure où ils prohibent l’aide d’un médecin pour mourir à une personne adulte capable qui (1) consent clairement à mettre fin à sa vie; et qui (2) est affectée de problèmes de santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap) lui causant des souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition.

Une invitation à méditer. Il y a tellement plus que «Promouvoir la vie jusqu'au bout ( au bout de quoi au juste?)», il y a «Promouvoir le respect de chaque personne éclairée et libre en fin de vie jusqu'à sa fin».

Parole de sage. Tout choix de société doit se tenir à une saine distance des religions.

________________

Un ajout. La liberté de conscience, dans la Loi québécoise, existe tant pour le médecin que pour le soigné. Mais pas la liberté pour le médecin refusant de ne pas référer à un autre médecin consentant. À raison+++.

 



Par Yvon Bureau le 2015-11-01 à 00:22:46

Soyez prêts, Soins palliatifs!

Voici ce qui fut envoyé aux médias pour fin de publication :

Soyez prêts, Soins palliatifs!

Pour votre grand réseau canadien, deux tsunamis ont eu lieu : la Loi québécoise concernant les soins de fin de vie (5-6-2014) et l’imposant jugement unanime de la Cour suprême du Canada (6-2-2015). Les personnes en fin de vie auront de nouveaux droits. Vous aurez en SP de nouvelles obligations, comme partout en milieu de soins. De Soins palliatifs nous passerons au Soins de fin de vie personnalisés et appropriés. De la grande place des soignants nous passerons à la très importante place des soignés dans leur libre-choix et dans leur dignité. Les répercussions pour la communauté des SP seront majeures.
 
Ces tsunamis souffleront tout au long de votre congrès qui aura lieu à Ottawa du 29 octobre au 1e novembre prochains. Votre thème audacieux et même prédestiné : «Nouveaux défis, nouveaux horizons : aller de l’avant».&